Bible et Foi

" Mon but est de Le connaître "

guerison25) Le Seigneur est pour le corps. « Le corps néanmoins n'est pas pour l'impudicité ; Il est pour le Seigneur et le Seigneur pour le corps. » 1 Cor. 6 : 13. Dans les rapports de Dieu avec l'homme, il y a réciprocité. Ce que Dieu a été pour moi, je dois à mon tour l'être pour lui. Et ce que je suis pour lui, il veut de nouveau l'être pour moi. Si dans son amour il se donne tout à moi, c'est pour qu'avec amour je me donne tout à lui. C'est dans la mesure où je lui abandonne plus ou moins réellement tout mon être, qu'il se donne aussi plus réellement à moi. Dieu amène ainsi le croyant à comprendre que cet abandon de lui-même comprend aussi le corps et que plus notre vie témoigne que « le corps est pour le Seigneur, » plus aussi nous éprouvons que « le Seigneur est pour le corps. »

Lire la suite...

guerison22) Le chemin de la foi. « Je crois ! Viens au secours de mon incrédulité. » Marc 9 : 24. Pour des milliers d'âmes ces mots ont été secours et force dans la recherche du salut et de telle autre grâce de Dieu. Remarquons que c'est à l'occasion d'un enfant malade qu'ils furent prononcés, qu'ils étaient le cri de la foi, recourant à Jésus pour obtenir la guérison. Ils nous font voir que dans une même âme peuvent se trouver en lutte la foi et l'incrédulité et que ce n'est pas sans avoir à combattre que l'on en vient à croire en Jésus, en sa toute-puissance pour guérir les malades. Chacun pourra trouver là l'encouragement nécessaire pour réaliser la puissance du Seigneur.

Lire la suite...

guerison19) Santé et salut par le nom de Jésus. « C'est par la foi en son nom, que son nom a raffermi, celui que vous voyez. C'est la foi en lui qui a donné à cet homme cette entière guérison. C'est par le nom de Jésus-Christ de Nazareth que cet homme se présente en pleine santé devant vous... Il n'y a de salut en aucun autre, car il n'y a sous le ciel aucun autre nom par lequel nous devions être sauvés (Act.3:16;4:10,12). » Après la Pentecôte, lorsque Pierre et Jean guérirent le paralytique à la porte du temple, ce fut « au nom de Jésus-Christ de Nazareth » qu'ils lui dirent : « Lève-toi et marche ; » et dès que la foule émerveillée courut à eux, Pierre déclara que c'était le nom de Jésus qui avait si bien guéri cet homme. À la suite de ce miracle et du discours de Pierre, « beaucoup d'entre les auditeurs crurent (Act.4:4). » Le lendemain, Pierre répéta les mêmes paroles devant le sanhédrin : « C'est par le nom de Jésus que cet homme se présente en pleine santé devant vous, » puis il ajouta encore : « Il n'y a sous le ciel aucun autre nom par lequel nous devions être sauvés. » Cette affirmation de Pierre nous déclare que c'est le nom de Jésus qui peut guérir et sauver. Nous avons là un enseignement de haute importance pour la guérison divine.

Lire la suite...

guerison16) Pardon et guérison. « Or afin que vous sachiez que le fils de l'homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés : Lève-toi, dit-il au paralytique, prends ton lit et va dans ta maison (Mat. 9: 6) ». L'homme réunit en lui deux natures. Il est à la fois esprit et matière, ciel et terre, âme et corps. Par là-même d'un côté il est fils de Dieu, de l'autre il est voué à la destruction à cause de la chute ; dans son âme le péché, dans son corps la maladie sont là pour témoigner du droit que la mort a sur lui. C'est cette double nature qui a été rachetée par la grâce divine. Quand le psalmiste fait appel à tout ce qui se trouve en lui pour célébrer les bienfaits de l'Éternel, il s'écrie : « Mon âme, bénis l'Éternel ; c'est lui qui pardonne toutes tes iniquités, qui guérit toutes tes maladies (Ps. 103: 3) ». Quand Esaïe prédit la délivrance de son peuple, il ajoute - « Aucun habitant ne dit : Je suis malade ! Le peuple de Jérusalem reçoit le pardon de ses iniquités (Esa. 33: 24)».

Lire la suite...

guerisonRéponse de Lake à quatre questions concernant la guérison divine. L'Association Méridionale des Évangélistes, qui s'est récemment réunie en convention à Hot Springs, dans l'Arkansas, m'a écrit la lettre suivante : "Cher Frère". Nous soumettons les questions suivantes à environ vingt-cinq docteurs, prédicateurs et évangélistes, en leur demandant de bien vouloir nous donner leurs réponses. Considérant votre grande expérience dans le ministère de guérison, nous croyons que vous voudrez bien nous honorer d'une prompte réponse. Voici ces questions : 1. Est-ce que Dieu est capable de guérir ? 2. Est-ce que Dieu guérit effectivement ? 3. Est-ce que Dieu guérit toujours ? 4. Est-ce que Dieu utilise certains moyens pour guérir ? Voici ma réponse :

Lire la suite...

guerison13) La maladie est-elle un châtiment? «C’est pour cela qu’il y a parmi vous beaucoup d’infirmes et de malades et qu’un grand nombre sont morts. Si nous nous examinions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés; nous sommes châtiés par le Seigneur afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde (1Co 11:30-32)». En écrivant aux Corinthiens, saint Paul avait dû leur adresser des reproches sur la manière dont ils participaient à la Sainte-Cène, s’attirant ainsi des châtiments de la part de Dieu. Après quoi il ajoute: «C’est pour cela qu’il y a parmi vous beaucoup d’infirmes et de malades.» La maladie est donc ici un jugement de Dieu, un châtiment du péché. C’est bien un châtiment qu’il voit là, puisqu’il dit ensuite: «châtiés par le Seigneur», et qu’il ajoute que c’est pour les empêcher de tomber encore plus bas dans le péché, pour les empêcher d’être «condamnés avec le monde» qu’ils sont ainsi frappés. Il les avertit que s’ils s’examinaient eux-mêmes, ils ne seraient ni «jugés», ni «châtiés» par le Seigneur; que si par cet examen, ils découvraient la cause de la maladie et condamnaient leurs péchés, le Seigneur n’aurait plus besoin de sévir avec rigueur. N’est-il pas évident qu’ici la maladie est un jugement de Dieu, un châtiment du péché, et que nous pouvons l’éviter en nous examinant et nous condamnant nous-mêmes?

Lire la suite...