Bible et Foi

" Mon but est de Le connaître "

tozer2A Tozer, analyste perspicace du monde évangélique, adresse un sévère avertissement quant au présent et montre la possibilité de lendemains radieux. «Pourquoi ne voyons-nous pas la puissance de Dieu manifestée aujourd’hui comme au premier siècle?». Aux yeux de ce farouche défenseur de la «vie plus profonde», cette question directe ainsi que d’autres souvent posées dans les milieux chrétiens évangéliques sont de bon augure pour l’avenir du mouvement évangélique. Le Dr. A. Tozer, porte parole remarquable de l’Alliance Missionnaire Chrétienne, auteur de A la Recherche de Dieu et de bien d'autres livres, éditeur de "The Alliance Weekly" et pasteur de l'église AMC de Southside à Chicago a répondu aux questions de Christian Life concernant l’avenir du mouvement évangélique. En plus de son ministère de prédicateur et de d'écrivain, le Dr. Tozer tenait une émission de radio chaque samedi matin «Un pasteur vous parle» sur les ondes de la radio de l'lnstitut Biblique Moody. Il a aussi souvent parlé lors de conférences bibliques et est reconnu par beaucoup comme l'un des penseurs évangéliques les plus inédits.

 

Livre: LA VIE PLUS PROFONDE / Chapitre 7

Question: Dr. Tozer, comment comprenez-vous l'insatisfaction croissante des évangéliques concernant la profondeur spirituelle actuelle des croyants? (question posée en 1954 !)

Tozer: Je crois qu’il s’agit là d’une saine révolte contre la froideur d’un attachement à la lettre qui caractérise le mouvement évangélique depuis plus de vingt-cinq ans. Voyez-vous, plusieurs facteurs ont convergé et contribué à déterminer les  attitudes et l'état d'esprit général des évangéliques. Le fait d'avoir beaucoup insisté sur les dispensations, par exemple, avait commencé par un souci de «dispenser droitement la parole de la vérité», mais a fini par créer une armée de croyants coulés dans le même moule, répétant ce que disent les autres sans réflexion indépendante, pouvant fort bien se passer de l'illumination de l'Esprit.

Le naturaliste français Faber raconte comment il a placé des chenilles processionnaires sur le bord d’un vase. Elles se suivirent aveuglément pendant des jours entiers, chacune voyant vaguement celle qui la précédait et la suivant sans se poser de question. Après des journées entières passées à aller nulle part, elles finirent par tomber du vase les unes après les autres et par mourir. Depuis des dizaines d'années, les conducteurs spirituels évangéliques, semblables à ces chenilles processionnaires, se sont suivis les uns les autres au bord de leur propre petit vase, chacun redoutant de faire un faux pas ou d'ouvrir quelque nouvelle piste pour lui-même, étant réduit à suivre servilement les autres.

Il se trouve en fait que l’accent n’a pas été mis sur la «vie plus profonde», la vie remplie de l'Esprit, la vie qui est cachée avec Christ en Dieu. Le contenu spirituel du mouvement évangélique a été rabaissé. Mais il est encourageant de voir que certains sont de plus en plus insatisfaits, réclamant du pain plutôt que des pierres. Si davantage de  chrétiens réagissent ainsi et ont le courage de s'exprimer, cela pourrait contribuer à un véritable réveil de l'église du Christ.

 

Question: Vous disiez que l'accent n'a pas été mis sur la "vie plus profonde". Dr Tozer ; comment définiriez-vous plus précisément la «vie plus profonde»?

Tozer: Cela signifie une vie spirituelle d'une intensité de pureté et de fécondité bien plus grande que la vie chrétienne moyenne. Elle implique une séparation complète d'avec le monde, non seulement de façon pratique mais aussi en esprit, ainsi qu'une consécration à Dieu entière et sans réserve.

 

Question: Comment obtient-on cette «vie plus profonde»?

Tozer: Je crois qu’elle est le résultat d’une crise, d’une expérience précise, plutôt que d’une lente croissance dans la grâce. L’aspect émotionnel de cette «crise» varie selon l’individu. Cependant, l'important n'est pas le degré atteint sur le point émotionnel, mais bien le fait que l’on vive cette expérience.
Nous trouvons un bon exemple de cela dans la vie de Jacob. Il rencontra Dieu dans un désert aride et lugubre. Sa rencontre fut réelle et satisfaisante jusqu’à un certain point. Puis, après avoir erré pendant vingt ans faits de hauts et de bas, parfois dans la victoire mais plus souvent dans la défaite, il rencontra Dieu de nouveau à Péniel. Cette seconde expérience décisive résulta en une transformation morale et spirituelle complète qui dura jusqu’à la fin de sa vie.

 

Question: Dr. Tozer, quelles étapes concrètes suggèreriez-vous a quelqu'un qui aspirerait ardemment à cette "vie plus profonde" ?

Tozer: Je n’ai jamais été trop partisan «d’étapes» ou de «techniques» dans la vie chrétienne, bien que cela puisse aider certains. En général, ma méthode se résume à me plonger simplement dans les promesses de Dieu, Le  laissant se charger des «étapes». J'aimerais cependant faire certaines recommandations à celui qui recherche une vie plus satisfaisante et centrée sur Dieu qu'il n'a connue jusque-là.

Tout d'abord, soyez résolu à prendre cette affaire très au sérieux. Trop nombreux sont ceux qui "jouent" à la vie chrétienne. Nous portons notre Salut un peu comme un badge qui nous permet d'entrer dans le cercle des saints comme dans une convention, en nous préoccupant rarement de placer sérieusement notre vie au diapason des exigences de Dieu.

Deuxièmement, Jetez-vous totalement aux pieds de Dieu. Abandonnez tout et soyez prêt à tout céder jusqu'à la mort de toutes vos ambitions, de vos projets et de vos possessions. Et je vous dire ce la de façon très littérale. Vous ne devriez pas vous satisfaire d'un abandon qui ne serait qu'une technique ou une forme, mais vous devez aller jusqu'au bout devant Dieu dans une prière déterminée. Il faut aller Jusqu'à une «crise», une expérience précise dans votre vie, un véritable transfert de votre vie à Dieu.

Troisièmement, engagez-vous solennellement à ne jamais prétendre à quelque honneur ou gloire ou louange pour quoi que ce soit que vous êtes, que vous avez ou que vous faites. Veillez a ce que Dieu ait toute la gloire, en tout temps.

Quatrièmement, soyez résolu à ne pas vous défendre face aux opposants ou aux persécuteurs. Remettez votre réputation entre les mains de Dieu et laissez-la-Lui.

Cinquièmement, mettez la chair à mort avec ses tendances et ses convoitises. Sur le plan légal, chaque croyant a été mis à mort avec le Christ, mais cela ne suffit pas pour vivre la victoire au présent. La liberté à l'égard de la puissance de la chair ne viendra que lorsque nous aurons rendu cette mort effective par la foi et l'autodiscipline. La mort réelle est quelque chose de douloureux qui tend à rabaisser l'homme à ses propres yeux et à l’humilier jusqu'à la poussière. Peu nombreux sont ceux qui s'engagent sur ce chemin difficile, mais ceux qui le font sont des chrétiens exemplaires.

 

Question: Selon vous, qu'est-ce qui pourrait contribuer le plus à sortir l’église de sa complaisance?

Tozer: Un grand chrétien d’il y a plus de trois siècles, Nicolas Herman de Lorraine, disait que très tôt dans sa vie chrétienne, il avait résolu de s'élever au-dessus des méandres des moyens religieux pour "nourrir son cœur des plus hautes pensées de Dieu". J‘ai toujours beaucoup aimé cette expression.
Il n’y aurait rien de tel pour réveiller l'Eglise que d’apprendre à cultiver notre relation avec Dieu par la prière, Le laissant humblement sonder nos cœurs, rassasiant notre esprit de l’Ecriture. Tant que nous considérerons Dieu comme plus ou moins semblable à nous, si ce n’est un peu plus grand et puissant. Il n’y aura pas beaucoup de cette sainte crainte de Dieu dans l'église !

A mon avis, le besoin le plus grand et le plus urgent est celui de voir les croyants religieux superficiels et légers frappés à terre par la vision du Dieu saint et élevé, dont la gloire remplit le temple. Le saint art de l'adoration semble avoir disparu comme la gloire «Shekinah» qui avait quitté le tabernacle. ll en résulte que nous sommes abandonnés à nos propres méthodes et contraints de compenser ce manque d'adoration spontanée par une multitude de substituts et d’activités de mauvais goût pour retenir l'attention de l'église.

 

Question : Quelle est la plus grande lacune du mouvement évangélique aujourd'hui ?

Tozer: Je crois que sa plus grande lacune touche à son attitude envers Dieu, son attitude envers le monde et son attitude envers le péché.
Je suis constamment blessé et offensé par la légèreté envers Dieu que manifestent nombre de soi-disant disciples du Christ. La mondanité est une épidémie qui a envahi les cercles évangéliques. Bien que nous condamnions toujours la mondanité, nous l'avons redéfinie, si bien qu'elle ne signifie plus ce qu'elle était il y a une génération de cela. Nous avons si peur d'être trop étroits que nous avons ouverts nos portes à la mondanité ! Bien sûr, cela ne peut conduire chacun qu'à la tragédie spirituelle!

 

Question: pensez-vous que nous marquons le pas ou plutôt que nous perdons du terrain ?

Tozer: A mon avis, nous avons perdu beaucoup de terrain depuis les vingt années passées. Cette perte de vitesse s'est terriblement accélérée depuis la Deuxième Guerre mondiale. Je ne serais pas étonné qu'il survienne une division ouverte dans les rangs évangéliques, non sur la base de différences doctrinales, mais plutôt sur celles des méthodes, des pratiques, et plus encore à cause des différences d'attitudes spirituelles. Le monde évangélique populaire est tellement vendu à l'esprit du monde et à ses méthodes qu'il est clair qu'Hollywood a maintenant plus d'influence que Jérusalem n'en a jamais eue ! Les jeunes prennent pour modèle non pas les saints des temps passés mais les stars d'aujourd'hui. La dignité, la décence et la pureté du véritable christianisme ont été remplacées par une mise en scène totalement indigne de notre Seigneur Jésus-Christ.

 

Question: Voyez-vous quelques signes encourageants à l'horizon spirituel?

Tozer: Oui, le signe le plus encourageant est le nombre croissant de croyants insatisfaits qui réagissent parce qu'ils sont malades et fatigués d'une religion superficielle «à l'eau de rose» et qui est cultivée au nom du christianisme du Nouveau Testament. Ces croyants pourraient s'avérer être les nouveaux prophètes de notre temps. Ils sont numériquement minoritaires, mais leur influence pourrait bien suffire à apporter une amélioration parmi les églises. A moins que, comme nous le disions plus tôt, Dieu ne soit contraint de délaisser la grande masse de chrétiens mondains pour susciter une œuvre plus proche de Son cœur.

 

Question: Qu'est-ce qui, selon vous, constitue un authentique réveil?

Tozer: Le réveil peut ne produira à trois niveaux. Il y a le réveil régional tel que ceux qui survinrent du temps de la prédication de Jonathan Edwards en Nouvelle Angleterre et de Charles Finney. Ces réveils sautèrent par dessus les limites confessionnelles et touchèrent des villes entières. L'état d'esprit et l'attitude des gens y étaient radicalement changés. Le niveau moral était relevé et les églises prospéraient en nombre et en spiritualité.

Le réveil peut aussi survenir dans une église locale. Quand un bon pourcentage des membres d'une église locale commencent à prier davantage, à mener une vie plus sainte, à s'aimer les uns les autres avec plus de ferveur, à servir Dieu et leur prochain avec beaucoup de zèle, à chercher à ressembler à Christ, on peut parler d'un réveil au niveau de l'église locale. Je suis heureux de dire que cela arrive parfois.
Mais le réveil peut aussi survenir dans la vie personnelle du croyant. Quand un chrétien charnel et négligent se ressaisit soudain, rentre en lui-même et cherche la face de Dieu dans la repentance et les larmes, c’est le début d'un réveil personnel.

 

Question: De quelle façon les dirigeants spirituels, les organisations missionnaires et autres groupements chrétiens peuvent-ils contribuer à un authentique réveil ?

Tozer: Laissez-moi répondre à cette question en trois points. Les dirigeants spirituels peuvent contribuer au réveil en refusant de céder aux goûts charnels du public religieux et en promouvant une campagne de purification de l'église. Si les responsables ont le courage de suivre le Christ jusqu'au bout, ils peuvent être un puissant instrument du Saint-Esprit pour amener le réveil.
Toutes les organisations missionnaires et les missionnaires eux-mêmes doivent accepter en tout point les normes du Nouveau Testament. Promouvoir un christianisme décadent parmi les païens serait un gaspillage de temps, d'argent, et d'énergie humaine. Nous n'avons nulle autorité pour apporter aux païens quoi que ce soit d'autre que le message et l'enseignement du Nouveau Testament.

Les organisations chrétiennes peuvent contribuer à un authentique réveil en suivant les méthodes du Nouveau Testament plutôt que celles du monde des affaires. Certaines organisations semblent penser qu'elles peuvent amener le réveil en mangeant et en parlant. Dès que la question du réveil est soulevée, quelqu’un propose tout de suite que l'on organise un débat ou un banquet. Bien que j'ai été l'orateur à la fin de certains grands repas, je n'ai jamais été assez naïf pour croire que de tels efforts apporteraient le réveil. Seule la prière continuelle, remplie de foi et de vraie ferveur, peut amener un vrai réveil!

 

Question: Comment résumeriez-vous le mouvement évangélique et son avenir?

Tozer: L'espérance des forces évangéliques repose dans le croyant individuel, et en particulier dans le conducteur spirituel. Si bon nombre de chrétiens influents pouvaient repenser à tout cela et suivre les directives du Nouveau Testament, nous serions peut être au bord d'un réveil renouvelé parmi nous. Ces responsables doivent réaliser que la véritable ambition du croyant ne devrait pas être la réussite, mais la sainteté. ils doivent admettre qu'ils ne sont pas appelés à imiter le monde, mais à y renoncer et que la publicité ne saurait se substituer à la puissance du Saint Esprit.

De plus, ils doivent cesser d'avoir peur du Saint Esprit. Les excès et les fantaisies de certains éléments des églises ont fait que beaucoup d'enfants de Dieu ont eu peur de s’approcher de la fontaine des eaux vives. Plutôt que de risquer un incendie incontrôlable, ils ont Choisi de ne vivre aucune de Ses manifestations. Plutôt que de se tromper dans l'exercice des interventions de l'Esprit, Ils ont choisi de ne leur laisser aucune place. Ils ont opté pour le vide spirituel. Il nous faut nous révolter contre cette captivité babylonienne. Il nous faut avoir le courage d'être en désaccord avec des gens parfois célèbres et respectés, s’il faut passer par là. N’oubliez jamais que Dieu est toujours du côté du chrétien qui a soif. Nul besoin de Le convaincre de venir à votre rencontre. Il est déjà convaincu. Osez simplement Lui faire confiance !

Aiden Wilson Tozer

 

Source

*** Traduit de l'Anglais par Janine Granger avec la collaboration de David Afleck - Les Carnets de Croire et Servir 1973.

Aiden Wilson Tozer

011lMais Aiden Wilson Tozer n'était pas un prophète de désespoir. Ses écrits sont des messages dignes d'intérêt. Ils exposent la faiblesse de l'Eglise et dénoncent les compromis. Ils avertissent et exhortent. Mais ce sont aussi des messages d'espérance,012 car Dieu est toujours présent, toujours fidèle pour restaurer et accomplir Sa Parole envers ceux qui entendent et obéissent. Tozer laissa un vaste trésor de richesses spirituelles à lire, digérer et mettre en pratique. "SES ECRITS SONT AUSSI FRAIS AUJOURD'HUI que lorsqu'il les rédigea la première fois. Dans ses écrits, il laissait aux autres le soin de discutailler des choses superficielles, évidentes et triviales, pour se consacrer à la discipline de l'étude et de la prière qui donna lieu à des articles et des livres qui atteignaient en profondeur les cœurs des hommes." (Dr. Nathan Bailey, Président de l'Alliance Chrétienne Missionnaire).

Photos

 chicago church old1 01a  013

 

 

  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

Vous pouvez commenter cet article

0 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir plus de 25 caractères
conditions d'utilisation.