Bible et Foi

" Mon but est de Le connaître "

tozer2Comment évaluez-vous le succès ? La mort du notre Seigneur était apparemment un échec: il fut discrédité par les chefs de la religion établie, rejeté par la société et abandonné de ses amis. Celui qui le fit condamner à mort était un homme d'état qui jouissait d'un certain succès et du respect des hommes politiques d'alors. Il fallut la résurrection pour manifester le glorieux triomphe du Christ et la déroute tragique de ce gouverneur. Il semble pourtant que l'église d'aujourd'hui n'en ait rien retenu. Nous regardons encore aux choses selon le regard des hommes et jugeons selon un jugement humain. Une grande partie de l'activité religieuse fervente d'aujourd'hui n'est que l'expression du désir charnel de bien faire. Combien d'heures sont gaspillées dans la prière à supplier Dieu de bénir  des projets qui n'ont d'autre but que de glorifier des hommes insignifiants ! Combien d'argent réservé à l'œuvre de Dieu est dilapidé par des hommes qui, en dépit de leurs appels émouvants n'en cherchent pas moins à se donner charnellement en spectacle !

Livre: LA VIE PLUS PROFONDE / Chapitre 6

Le véritable chrétien devrait se détourner de tout cela. Les prédicateurs de l'évangile devraient tout particulièrement sonder leur propre cœur et examiner de près leurs motivations. Nul homme n’est digne de réussir tant qu’il n’est pas prêt à échouer. Nul n’est moralement digne de réussir dans le service de Dieu tant qu’il n’est pas prêt à voir un autre recevoir les honneurs de sa réussite, si Dieu en décide ainsi...
Dieu permettra à Son serviteur de réussir quand il aura appris que la réussite ne le rendra pas plus cher au cœur de Dieu ni ne lui octroiera une plus grande valeur par rapport aux autres. Nous ne pouvons acheter la faveur de Dieu par de grandes foules ni de nombreux convertis, pas plus que par l'envoi de nouveaux missionnaires ni par un grand nombre de Bibles distribuées.

Toutes ces choses peuvent être accomplies sans l'aide du Saint-Esprit! Avoir de la personnalité et une bonne connaissance de la nature humaine suffit de nos jours pour réussir dans les cercles religieux !
Notre grand honneur est dans le fait d'être ce que Jésus était et est encore. Etre accepté par ceux qui  L'acceptent, rejeté par ceux qui Le rejettent, aimé par ceux qui L'aiment et haï par quiconque le hait. Quelle plus grande gloire un homme pourrait-il connaître ? (Extrait de "Born After Midnight, p 58-59, Christian Publications).

La miséricorde de Dieu parle plus fort que la voix de la justice
Toute offense contre Dieu sera soit pardonnée, soit vengée, à nous de choisir. Toutes les offenses contre Dieu, contre nous-mêmes, contre l'humanité, contre la vie humaine seront soit pardonnées, soit vengées.

Quelle chose terrible que de voir des hommes et des femmes vieillir sans perspective, sans la promesse de la grâce face à l'éternité qui les attend! Mais comme il est beau de pouvoir s'élever comme un épi de blé qui parvient à maturité, sachant que la maison du Père est ouverte, que ses portes sont grandes ouvertes et que le Père attend de recevoir Ses enfants les uns après les autres!

Il y a quelques années, j’entendis un frère chrétien thaïlandais donner son témoignage. Il dit ce que signifia pour lui pour son présent et son avenir l'arrivée des missionnaires et la bonne nouvelle de l'évangile du Christ.
Il décrivit l'exemple de piété laissé par un des premiers missionnaires et ajouta: «Il est maintenant dans la maison du Père». Il raconta comment une des femmes missionnaires avait su démontrer l'amour de Christ et ajouta: «Elle est maintenant dans la maison du Père».

Quelle vision dans le cœur de cet humble chrétien qui, quelques années plus tôt, était encore un païen, adorant des idoles et des esprits; mais par la grâce et la miséricorde de Dieu, le voici parlant de la maison du Père comme si elle était à deux pas, de l’autre côté de la rue!
Voilà ce qu'est l'évangile du Christ-la sorte de christianisme dans lequel je crois. Quelle joie de découvrir que Dieu n’est plus en colère contre nous, et que nous sommes devenus Ses enfants! Tout cela parce que Jésus est mort pour nous et que le sang de Jésus parle mieux que celui d’Abel. Quelle bénédiction de découvrir que la miséricorde de Dieu parle plus fort que la voix de la justice! Quelle espérance qui fait que le peuple du Seigneur peut se coucher paisiblement au moment de la mort et murmurer: «Père, je rentre à la maison». (Extrait d’Echoes from Eden, p. 50-51, Christian Publications).

Nul ne peut combattre le péché par le péché
Il y a quelque temps, j’entendis la prière d'un serviteur de Dieu qui était profondément attristé par le manque de spiritualité de l’église dont il était le pasteur. Il disait dans sa prière: «Oh, Seigneur! Ne me laisse pas être irrité à cause du comportement de ton église».

Il est toujours plus important de garder un bon état d’esprit envers les autres, plus important que de parvenir à les amener à penser comme nous, même si nous avons raison.
Satan remporte une grande victoire quand il parvient à nous faire réagir de façon non spirituelle face aux péchés ou aux manquements de nos frères. Nous ne pouvons pas combattre le péché par le Péché ni attirer les hommes à Dieu en les bousculant dans une colère charnelle. «Car la colère des hommes n'accomplit pas la justice Dieu».

Des actes commis dans un esprit d'irritation religieuse ont souvent des conséquences bien plus lourdes que: nous n’aurions pu imaginer. Moïse se laissa aller à l'irritation à l'encontre d'Israël et frappa le rocher avec colère. Mais c'est ce geste même qui lui ferma la porte du pays de la promesse à tout jamais.

J'ai entendu l'histoire d'un homme de Dieu qui avait été puissamment utilisé dans la prière pour les malades, à un point tel qu'il était appelé à des heures indues et parfois dans des circonstances qui n'avaient rien d'agréable. Alors qu’un nouvel appel lui était adressé au milieu de la nuit, il bondit de son lit en se plaignant à Dieu de ce manque de considération à son égard. Ce fut pour lui la fin. A partir de là, plus personne ne fut délivré par ses prières, bien qu’il ait cherché, avec des larmes à retrouver ce don perdu.

Il est tout à fait naturel, et même spirituel, d'être attristé et accablé de voir tant de soi-disant disciples du Christ marcher dans les voies du monde. Et notre première impulsion serait peut-être bien de les reprendre sévèrement et d’un air indigné. Mais de telles méthodes sont rarement efficaces. Le feu qui est alors en nous pourrait bien ne pas être celui du Saint-Esprit et, si tel est le cas, nous ferions probablement plus de mal que de bien.
Là comme partout ailleurs, le Christ est notre exemple parfait. Un esprit de prière et de méditation sur la vie du Christ nous montrera comment réagir avec douceur et reprendre avec amour. Et la puissance du Saint-Esprit en nous nous rendra capables de suivre Son exemple béni. (Extrait de Of God and Men, p. 92-94,Christian Publications).

Qui est le seigneur de ta Vie?
Quand nous en venons à la question de notre propre relation avec Dieu par les mérites de notre Seigneur Jésus-Christ, nous abordons l’un des domaines dont on peut dire qu’il s’agit d’une question de vie ou de mort.
C’est là une affaire d’une telle importance pour tout être humain qui vient dans ce monde que je suis d’abord indigné, puis attristé, quand j’essaie d’aider quelqu'un qui me regarde dans les yeux et me dit: «A vrai dire, j’essaie de me décider à savoir si je vais accepter le Christ ou non». De tels propos n’indiquent en rien que la personne réalise qu’elle parle de la décision la plus importante qu’elle aura à prendre de toute sa vie. La décision de mettre sa vie en règle avec Dieu, de croire en Son Fils éternel, de devenir un disciple, un témoin obéissant de Jésus-Christ comme son Seigneur!

Comment quelqu’un, homme ou femme, perdu et sans Dieu, pécheur et souillé, peut-il rester là, suggérant que la mort et la résurrection de Jésus-Christ ainsi que le plan de Dieu en vue du salut n’auraient pas la priorité sur quelque autre décision de cette vie ?...

Nous savons qu’Il est une personne divine, nous savons qu’Il est l’Agneau de Dieu qui a souffert et est mort à notre place. Nous savons tout de Ses enseignements. Et pourtant, nous le laissons dehors sur Le palier, comme quelqu'un de timide qui espèrerait trouver un emploi!
Nous pensons à Lui, puis lisons quelques textes bibliques à Son sujet, et demandons: «Qu'en penses-tu, chérie? Crois-tu que nous devrions L'accepter? Je me demande si nous devons le faire...».

Mais mon ami, réfléchissez: cet homme orgueilleux ne sait il pas que le Christ qu'il fait attendre est le Christ de Dieu, le Fils éternel qui tient l'univers entre ses mains ?
Celui qui attend patiemment notre bon vouloir n’est autre que Celui qui tient les étoiles dans Ses mains. Il est le Sauveur et le Seigneur au-dessus de toutes choses et dans l’église. C’est à Sa parole que les tombeaux laisseront sortir les morts et qu’ils ressusciteront, vivants pour toujours. A Sa parole, le feu se répandra et embrasera la terre et les cieux, alors que les étoiles et les planètes seront roulées comme un vêtement.
Il est l’Unique; le Tout-Puissant! (Extrait de Christ the Eternal Son, p. 121-122, Christian Publications).

N’aimez pas le monde
N'importe quel pasteur pourra vous parler de sa peine et de sa tristesse d’avoir vu des jeunes s’éloigner de l’église, d’un bon enseignement biblique et d’une communion fraternelle chaleureuse pour n’en faire qu’à leur tête. Quand leur vieille nature s’est réveillée, ils ont tourné le dos à Dieu et choisi leur propre route. Ils ont fait des choix de conjoint douteux. Ils se sont engagés dans l'esprit du monde. Ils ont accepté des emplois dans lesquels il était impossible de plaire à Dieu ou de Le glorifier. Ils sont retournés dans le monde.

Il est évident qu’ils n’ont pas quitté la famille de Dieu parc qu’ils auraient rejeté Dieu ouvertement, mais plutôt pour avoir trouvé quelque chose qu’ils désiraient plus que Dieu! Dieu a donné aux hommes et aux femmes le libre arbitre et la liberté de choisir et certains sont décidés à s’emparer de ce qu’ils désirent le plus.
Le jeune homme riche a fondé sa décision sur le choix de ce qu’il voulait le plus dans la vie. La dernière chose qui nous soit dite à son sujet est qu’il s’est détourné de Jésus et l’a quitté. Il en était désolé et attristé parce qu’il avait de grands biens terrestres. Mais Jésus était attristé de le voir s’éloigner ainsi.

J’admets qu’il y a des parents qui cherchent à me prévenir du danger de perdre des jeunes de notre église parce que je reste fidèle dans ma prédication contre ce monde présent et le système du monde dans lequel nous vivons.
Je dirai seulement que cela me préoccupe et que je me tiendrai à la porte en pleurant s’ils décident de partir, mais je refuse d’être coupable de les avoir trompés. Je refuse de les tromper et de les condamner à la perdition en leur enseignant que l’on peut à la fois être chrétien et aimer ce monde présent, car cela est impossible!
Certes, vous pouvez être un hypocrite et aimer le monde...
Vous pouvez être un responsable religieux déçu et aimer le monde...
Vous pouvez être un chrétien à bon marché, plutôt snob ou moderne et aimer le monde...
Mais vous ne pouvez pas être un véritable chrétien au sens biblique et aimer le monde.
Je serais profondément attristé de me retrouver seul à défendre ce principe, mais agir autrement reviendrait à vous mentir. (Extrait de The Tozer Pulpit, p_ 56-57 Vol.6,  Christian Publications).

Le Saint-Esprit n’est pas l'enthousiasme
Je pense que vous serez d’accord avec moi si je vous dis que bien des gens sont dans la confusion concernant l'esprit de Dieu. Par exemple, le Saint-Esprit n'est pas synonyme d'enthousiasme. Certains s'enthousiasment et s'imaginent aussitôt que c’est le Saint-Esprit. D'autres pensent que parce qu'ils sont bouleversés par un chant, cela est dû à l’Esprit, mais ce n'est pas forcément le cas. Certaines de ces mêmes personnes se plairont tout autant à vivre comme le monde; le Saint-Esprit, quant à Lui, n’entre pas dans un homme pour le laisser vivre comme le monde qui hait Dieu. C'est la raison pour laquelle beaucoup de gens ne veulent pas vraiment être remplis du Saint-Esprit: ces gens veulent vivre comme ils l’entendent et ne considérer le Saint-Esprit que comme un «plus» dans leur vie.

Mais laissez-moi vous dire que le Saint-Esprit ne sera jamais un simple «plus». Le Saint-Esprit doit être Seigneur, sans quoi il ne viendra pas vivre en nous.
Le Saint-Esprit est une Personne. Il n’est pas à confondre avec l’enthousiasme. Il n’est pas une sorte de courage. Il n’est pas une énergie. Il n’est pas la personnification de la somme de certaines qualités. Il est une Personne, tout autant que vous l’êtes et Il a toutes les qualités d’une Personne... Il peut entendre, parler, désirer, s’attrister et se réjouir. Il est une Personne.

Le Saint-Esprit est capable de communiquer avec vous et de vous aimer. Il peut être attristé quand vous Lui résistez ou L’ignorez. Il peut être éteint comme une amitié peut l’être quand vous la trahissez. Bien sûr, Il peut être réduit au silence si vous Le blessez, car on peut blesser le Saint-Esprit. Considérons à présent la question: «Qui est le Saint-Esprit?».
Depuis ses débuts, l'église chrétienne a toujours reconnu le Saint-Esprit comme étant Dieu... Oui, le Saint-Esprit est Dieu et le plus important est le fait que le Saint-Esprit soit présent maintenant! La divinité invisible est présente. Je ne peux vous L’amener comme on amènerait, un voisin; je puis seulement vous dire qu’Il est ici! Je peux vous affirmer qu’Il est présent au milieu de nous dans toute Sa connaissance, Sa sensibilité et Sa personnalité. (Extrait de Quand Il sera Venu, Ed.A.C.M.).

L’Amour: choix volontaire du cœur

Comment le chrétien sincère peut-il accomplir le commandement biblique d’aimer Dieu de tout son cœur et son prochain comme lui-même?
De tous les sentiments dont l’âme est capable, l’amour est de loin le plus libre, le moins raisonné, celui qui répond le moins à l’appel du devoir ou de l’obligation, et moins encore au commandement d’un autre.
Aucune loi n’a jamais été votée qui puisse contraindre un être moral à aimer quelqu’un, car, de par sa propre nature, l’amour doit être volontaire. Personne ne peut être forcé d’aimer ni contraint d’aimer sous la menace. L’amour ne vient pas comme ça!

L’amour qu’ordonne la Bible n'est pas l’amour dicté par les sentiments. C’est l’amour de la volonté, le «choix volontaire» du cœur.
Dieu n’a jamais voulu que l’être humain soit le jouet de ses propres sentiments. La vie émotionnelle est une partie honorable et noble de la personnalité, mais elle est, par nature, d’une importance secondaire. La religion se situe au niveau de la volonté, tout comme la justice. Le seul bien que Dieu reconnaisse est une «bonne volonté»; la seule sainteté digne de ce nom est une sainteté volontaire.

Nous devrions nous réjouir de savoir que, devant Dieu, chaque homme est ce qu'il veut être. La première exigence de la conversion est une volonté corrigée. Pour satisfaire aux exigences de l'amour envers Dieu, l'âme n'a pas besoin que de vouloir aimer... et le miracle commence à bourgeonner comme la verge d'Aaron ! (Extrait de Renewed Day by Day,  le 22 Juillet, Christian Publications)

Tout est mal jusqu'à ce que Dieu en fasse du bien

«L'adoration consiste à ressentir dans son cœur et à exprimer d'une manière appropriée une admiration profonde mêlée d'humilité et de joie, un émerveillement étonné et un amour irrésistible dans la présence du plus ancien Mystère, de la Majesté que les philosophes appellent la Cause Première mais  que nous appelons Notre Père qui est aux cieux".
Parfois considéré comme iconoclaste, Tozer expliquait ainsi son scepticisme: "En quelque sorte, ma perspective des choses est que tout est mauvais jusqu'à ce que Dieu en fasse du bien".

"Tout chrétien rempli de l'Esprit sait qu'il peut parfois être tenu par une sorte de pression intérieure qui le ramène à un chapitre, ou même à un verset, pendant des journées entières où il se trouve en lutte avec Dieu jusqu'à ce que cette vérité ait accompli son œuvre en lui. Je refuse de laisser quiconque m'obliger à porter ses lunettes et à voir les choses sous le même éclairage que lui. J’aime tous les enfants de Dieu et je cherche rarement à savoir où chacun se situe sur tel ou tel sujet controversé.

Le Seigneur nous a ordonné de prier le Maître de la moisson afin qu’il envoie des ouvriers dans Son champ de moisson. Mais nous négligeons le fait que nul ne peut être un ouvrier s'il n’est d’abord un adorateur. Tout service qui n’est pas le fruit de l’adoration est futile».

Vers la fin de sa vie, Tozer exprimait en termes très simples sa façon de voir Dieu: «J’ai trouvé que Dieu est cordial et généreux et qu’Il est quelqu’un avec qui il est facile de vivre à tous égards“ (Extrait de Lessons from a 20th Century Prophet, Moody Monthly).

Aiden Wilson Tozer

 

Source

*** Traduit de l'Anglais par Janine Granger avec la collaboration de David Afleck - Les Carnets de Croire et Servir 1973.

Aiden Wilson Tozer

011lMais Aiden Wilson Tozer n'était pas un prophète de désespoir. Ses écrits sont des messages dignes d'intérêt. Ils exposent la faiblesse de l'Eglise et dénoncent les compromis. Ils avertissent et exhortent. Mais ce sont aussi des messages d'espérance,012 car Dieu est toujours présent, toujours fidèle pour restaurer et accomplir Sa Parole envers ceux qui entendent et obéissent. Tozer laissa un vaste trésor de richesses spirituelles à lire, digérer et mettre en pratique. "SES ECRITS SONT AUSSI FRAIS AUJOURD'HUI que lorsqu'il les rédigea la première fois. Dans ses écrits, il laissait aux autres le soin de discutailler des choses superficielles, évidentes et triviales, pour se consacrer à la discipline de l'étude et de la prière qui donna lieu à des articles et des livres qui atteignaient en profondeur les cœurs des hommes." (Dr. Nathan Bailey, Président de l'Alliance Chrétienne Missionnaire).

Photos

 chicago church old1 01a  013

 

 

  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

Vous pouvez commenter cet article

0 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir plus de 25 caractères
conditions d'utilisation.