Bible et Foi

" Mon but est de Le connaître "

tozer2Lorsque nous observons la scène religieuse d'aujourd'hui, nous sommes tentés de nous fixer sur une faiblesse ou une autre et de dire : "Voilà ce qui ne va pas dans l'Eglise. Si cette chose là était corrigée, nous pourrions bientôt retrouver la gloire de l'Eglise et revivre encore des périodes de Pentecôte."Cette tendance à la simplification excessive est en elle-même une faiblesse dont l'on devrait toujours se garder, particulièrement lorsqu'un sujet aussi complexe que la religion telle qu'elle apparaît dans les temps modernes, est traité. Il faut être un très jeune homme pour ramener tous nos malheurs actuels à une maladie unique et pour traiter la chose entière avec un seul remède. Des intelligences plus anciennes et plus perspicaces seront plus prudentes, après avoir appris que le remède de charlatan prescrit marche rarement pour la simple raison que le diagnostic n'a pas été correct. Rien n'est aussi simple. Peu de maladies spirituelles se produisent seules. Presque toutes sont rendues plus complexes par la présence d'autres et sont si vitalement interdépendantes puisqu'elles se répandent sur l'ensemble du corps religieux, qu'il faudrait toute la sagesse d'un Salomon pour trouver un traitement unique.

Lire la suite...

tozer2Je ne crois pas à une répétition de la Pentecôte, mais à une continuité de la Pentecôte; et permettez-moi de vous dire qu’il y a une grande différence entre les deux.J’aimerais vous parler d’un sujet qui passe pour être assez controversé, et qui est basé sur le deuxième chapitre du livre des Actes. Je n’ai toutefois nulle intention d’en faire l’objet d’une controverse, mais plutôt un objet d’utilité. J’aimerais essayer de découvrir avec vous les éléments durables de la Pentecôte, tels que décrits dans le livre des Actes. Qu’est-ce qui est venu et est resté ? Qu’est-ce qui est venu et n’est pas resté ? Maintenant, comme je l’ai déjà mentionné, je ne crois pas que la Pentecôte doit être répétée, mais qu’elle doit se perpétuer. Je ne pense pas que la Pentecôte est venue puis partie, mais qu’elle est venue et est restée, et que nous la vivons encore aujourd’hui. Si seulement nous savions cela ! "Il est vrai que la Pentecôte - comme toute expérience religieuse – comportait des éléments extérieurs et donc variables. Dieu ne prête pas beaucoup attention à ce qui est extérieur. Nous devrions permettre au Saint-Esprit de nous enseigner que Dieu attache peu d’importance aux aspects extérieurs."

Lire la suite...

tozer2Dans les temps modernes, sans être annoncée et passant presque inaperçue, une nouvelle croix est apparue dans les milieux évangéliques. Elle ressemble à l'ancienne croix, tout en lui étant différente. Les similitudes sont superficielles mais les différences fondamentales. De cette nouvelle croix a jailli une nouvelle philosophie de la vie chrétienne, et de cette nouvelle philosophie est née une nouvelle technique évangélique, un nouveau genre de réunion et une nouvelle manière de prêcher. Cette évangélisation nouvelle emploie le même langage que l'ancienne mais son contenu n'est pas pareil, l'accent ne porte plus sur les mêmes valeurs. L'ancienne croix n'avait rien à voir avec le monde. Pour la chair orgueilleuse d'Adam, elle signifiait la fin du voyage. Elle exécutait la condamnation prononcée par la loi du Sinaï. La nouvelle croix ne s'oppose pas à la vieille nature pécheresse, elle en devient presque un complice : qu'on la comprenne bien, et la voilà source de plaisirs innocents, divertissements à souhait !

Lire la suite...

tozer2Articles tirés du livre: "Ce monde : aire de jeux ou champ de bataille" ? Ce monde : aire de jeux ou champ de bataille (chapitre 1), Un monde effrayé a besoin d'une Église sans crainte (chapitre2), Nous regardons vers demain sans crainte (chapitre 3). Pour l'homme, les choses ne consistent pas seulement en ce qu'elles sont réellement, mais aussi en l'importance qu'on leur donne. Autrement dit, à long terme, l'attitude que nous avons envers les choses risque d'avoir plus d'importance que la chose en elle-même. Ceci est un fait indéniable, et bien que banal nous ne devons pas le négliger. Il est étonnant qu'un fait puisse demeurer immuable au travers des années, et que notre interprétation de ce fait évolue de génération en génération.

 

Lire la suite...

tozer2"Défrichez-vous un champ nouveau ! Il est temps de chercher l'Éternel, jusqu'à ce qu'il vienne, et répande pour vous la justice. Os.10:12". Nous avons ici deux sortes de terres : une terre inculte et une terre labourée par la charrue. La terre en friche est béate, satisfaite, protégée du choc de la charrue et de l'action énergique de la herse. Un tel champ, laissé à son état naturel année après année, devient le lieu de prédilection de la corneille et du geai bleu. Si ce champ était doué d'intelligence, il pourrait s'enorgueillir de sa réputation. En effet, il offre la stabilité; il a été adopté par la nature elle-même; on peut compter sur lui pour rester tel qu'il est, alors que les terres environnantes passent du brun au vert et du vert au brun. Sûr et paisible, il se vautre paresseusement au soleil, offrant l'image d'un contentement béat. Cependant, il paie un prix élevé pour sa tranquillité : jamais il ne voit le miracle de la croissance; jamais il ne sent le mouvement de la vie en formation, ni les merveilles de l'éclosion de le semence, ni la beauté du grain mûrissant. Il ne saura jamais ce que c'est que du fruit, parce qu'il a peur de la charrue et de la herse.

Lire la suite...

tozer2La question est la suivante: Allons-nous modifier la vérité dans la doctrine et dans les pratiques afin de gagner plus d'adhérents? Ou allons-nous plutôt préserver la vérité dans la doctrine et les pratiques et en assumer les conséquences ? Il y a une grande decision que chaque dénomination doit quelquefois prendre dans le développement de son histoire. Chaque église doit aussi la prendre soit à ses débuts, soit peu de temps après - généralement peu de temps après. En définitive, tout comité doit faire face à cette décision et doit la réitérer en permanence, non pas à travers une seule grande décision prise une fois pour toutes, mais par une série de petites décisions s'additionnant les unes aux autres pour former l'unique grande décision. Chaque pasteur doit y faire face et continuer à renouveler sa décision sur ses genoux devant Dieu. Finalement, chaque membre d'église, chaque évangéliste, chaque chrétien doit prendre cette décision. C'est une question dont l'issue peut amener le jugement sur cette dénomination, cette église, ce comité, ce pasteur, ce responsable et sur leurs descendants et leurs enfants spirituels.

Lire la suite...