Bible et Foi

" Mon but est de Le connaître "

finney

« Sachant que ce n'est pas par les œuvres de la loi que l'homme est justifié, mais par la foi en Jésus-Christ, nous aussi nous avons cru en Jésus-Christ, afin d'être justifiés par la foi en Christ et non par les œuvres de la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les œuvres de la loi. » Gal. 2, 16.
Les mêmes vérités sont exprimées presque dans les mêmes termes au 3ème chapitre des Romains. Sous le nom de Justification par la foi, j'en fais le sujet de mon présent discours, et, je me propose de l'étudier en montrant successivement :

Lire la suite...

finney

Mon désir, mes bien-aimés, est de vous montrer, ce soir, aussi distinctement que je le pourrai, la différence qu'il y a entre la religion de la loi et la religion de l’Évangile. Je vous mettrai tout d'abord en garde contre des vues erronées qui mettent cette différence où elle n'est pas. « Que dirons-nous donc? Les païens qui ne cherchaient pas la justice, ont obtenu la justice, la  justice qui vient de la foi, tandis qu'Israël qui cherchait une loi de justice, n'est pas parvenu à une loi de justice. Pourquoi? Parce qu'Israël l'a cherchée non par la foi, mais en quelque sorte par les œuvres. Ils se sont heurtés contre la pierre d'achoppement, selon qu'il est écrit : Voici je mets en Sion une pierre d'achoppement et un rocher de scandale, et celui qui en fait l'objet de sa confiance ne sera point confus. » Rom 9 :30-33.

Lire la suite...

finney

« L'amour ne cherche pas son propre intérêt. » 1 Cor 13 :5. L'apôtre parle ici de l'amour chrétien. La vérité que je désire établir maintenant est celle-ci
LA RELIGION VRAIE NE NOUS PERMET PAS D'AVOIR POUR PRÉOCCUPATION DOMINANTE NOTRE PROPRE BONHEUR. Cette vérité est la première de celles que je dois vous présenter dans cette nouvelle série de discours, (1) et c'est la première que j'aurais exposée dans la série précédente si j'avais pu imaginer qu'elle fût sérieusement mise en question par un nombre considérable de chrétiens de profession. Quand je commençai ces discours, je regardais comme accordé à peu près par tous qu'une religion égoïste n'est pas la vraie religion, aussi passai-je sur ce point sans guère penser à le prouver. Depuis lors j'ai constaté qu'un grand. nombre de ceux qui font profession d'être chrétiens maintiennent qu'on possède la vraie religion alors qu'on fait de son propre bonheur sa préoccupation dominante. Je vais donc examiner ce sujet avec plus de soin que je ne l'ai fait jusqu'ici.
(1) Les treize premiers discours avaient été prononcés un an auparavant. (Trad.)

Lire la suite...

finney

« Soumettez-vous donc à Dieu. » Jacq. 4 :7. Ce qui constitue la vraie soumission, voilà notre sujet. Avant d'y entrer, je désire faire deux remarques :
1° Si vous êtes, déçu dans vos espérances, et si votre édifice religieux repose sur un fondement illusoire, cela provient avant tout de ce que vous avez accepté l'Evangile par des motifs intéressés. Votre cœur égoïste n'a pas été brisé; s'il l'avait été, il est certain que vous ne seriez pas déçu. 2° Si vos espérances sont illusoires, vous courez le plus grand risque, chaque fois que vos yeux s'ouvrent sur votre véritable condition, de revenir à ces espérances trompeuses pour les raviver et vous y fixer définitivement. Il arrive très fréquemment, en effet, que les chrétiens de nom sont réveillés et passent quelque temps dans l'anxiété et dans l'examen d'eux-mêmes, puis reviennent à leurs espérances mensongères pour ne plus les quitter. Leur esprit est habitué à cette vieille ornière et il lui est extrêmement difficile d'en sortir. Aussi est-il indispensable, en ce cas, d'amener les chrétiens de profession à voir clairement qu'ils se sont complètement trompés et qu'ils n'ont pas à renouveler les efforts qui les ont faits ce qu'ils sont.

Lire la suite...

finney

« Voici, vous tous qui allumez un feu, Et qui vous armez de flambeaux, Marchez à la lumière de votre feu et des flambeaux que vous avez allumés.  C'est par ma main que ces choses vous arriveront ; Vous vous coucherez dans la douleur (Esaïe 50: 11). » Le contexte montre clairement que le prophète adressait tes paroles à des gens qui faisaient profession d'être religieux et qui se flattaient d'être dans la voie du salut; gens dont l'espérance était « un feu allumé par eux-mêmes. » Avant d'examiner avec vous la vraie et la fausse conversion, laissez-moi vous dire que tout ce que nous en dirons ne vous sera d'aucune utilité à moins que vous ne soyez déterminés à vous en faire à vous-mêmes l'application avec une droiture entière. Il faut que vous procédiez ici avec autant de sincérité que vous le feriez si vous saviez devoir comparaître aujourd'hui même devant le tribunal de Dieu, pour y entendre la sentence qui fixera votre sort éternel. Si vous voulez agir ainsi, je vous conduirai, je l'espère, à reconnaître votre véritable état d'âme ; si telle n'est pas votre volonté, j'aurai prêché en vain et vous aurez écouté en vain. Je désire donc vous montrer la différence qu'il y a entre la vraie et la fausse conversion, et pour cela :

Lire la suite...

finneyChacun de nous est tenu de connaître le véritable état de son âme. « Examinez-vous vous-mêmes, pour savoir si vous êtes dans la foi; éprouvez-vous vous-mêmes (2 Cor 13 :5)». En parlant sur ce texte, je me propose de montrer : I, ce qu'il demande. II, la nécessité de faire ce qu'Il demande. III,  la possibilité de le faire. IV, la manière de l'accomplir. V, plusieurs points sur lesquels on est tenu de s'éprouver soi-même.

I-Ce que demande notre texte.

Il veut que nous connaissions notre propre cœur, que nous fassions ce qui est nécessaire pour nous éprouver nous mêmes et arriver à connaître le vrai état de notre âme devant Dieu. Il ne nous demande pas de mettre à l'épreuve notre force ou notre connaissance, mais notre caractère moral. Il veut que nous sachions ce que Dieu en pense, s'il nous tient pour des saints ou pour des pécheurs, et que nous ayons ainsi la certitude ou que nous sommes héritiers du ciel ou que nous le sommes de l'enfer.

Lire la suite...