veauVoici comment le Livre de l'Apocalypse décrit la "bête" religieuse qui se manifestera dans les derniers jours : "Il me transporta en esprit dans un désert. Et je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphème, ayant sept têtes et dix cornes. Cette femme était vêtue de pourpre et d'écarlate, et parée d'or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d'or, remplie d'abominations et des impuretés de sa prostitution. Sur son front était écrit un nom, un mystère : Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre. Et je vis cette femme ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus. Et, en la voyant, je fus saisi d'un grand étonnement. Et l'ange me dit : Pourquoi t'étonnes-tu ? Je te dirai le mystère de la femme et de la bête qui la porte, qui a les sept têtes et les dix cornes… C'est ici l'intelligence qui a de la sagesse. Les sept têtes sont sept montagnes, sur lesquelles la femme est assise… Et la femme que tu as vue, c'est la grande ville qui a la royauté sur les rois de la terre" (Apocalypse 17 :3-7, 9, 18)!

Voici ce qu'écrit l'Encyclopédie Catholique : "L'Eglise Catholique Romaine a son siège dans la ville de Rome, nommée la cité aux sept collines. C'est dans cette ville que tout l'Etat du Vatican est à présent contenu". Une seule église fait fièrement remonter son origine au début de l'ère chrétienne, mais il n'y en a aussi qu'une seule qui corresponde à la description de l'Apocalypse : l'Eglise Catholique Romaine. La plupart des spécialistes de la Bible sont d'accord sur le fait que l'Eglise Catholique Romaine, qui mélange des doctrines chrétiennes et païennes, continue à croire aux mêmes enseignements hérétiques depuis plus de 1900 ans. Elle n'a jamais changé. Pourtant, comme nous allons le voir, il existe un certain nombre de "révisionnistes religieux" qui voudraient blanchir l'image de cette église, dont les mains sont souillées du sang des martyrs.

L'Eglise Catholique Romaine est décrite comme la "mère des impudiques et des abominations de la terre". La Grande Babylone comprend aussi toutes les églises qui s'étaient séparées de l'Eglise Catholique au temps de la Réforme, mais qui reviendront se mettre sous sa coupe lors des derniers jours. Il ne faisait guère de doute que toutes les églises Protestantes libérales qui sont membres du Conseil Mondial des Eglises reviendraient se mettre sous l'autorité de Rome. Mais, jusqu'à ces dernières années, personne n'aurait pensé qu'il y aurait un rapprochement entre les églises évangéliques conservatrices et l'Eglise Catholique. La plupart des Chrétiens évangéliques avaient toujours compris quelle était la nature des doctrines et des pratiques de l'Eglise Catholique. Aucun Chrétien évangélique attaché à la Bible n'aurait jamais approuvé ces doctrines et ces pratiques ! Il aurait vraiment fallu que quelque chose d'important se passe, pour que l'image ternie de l'Eglise de Rome soit "blanchie", ou il aurait fallu réécrire toute l'Histoire ! C'est pourtant exactement ce qui s'est produit ! Aujourd'hui, on veut nous faire croire que la Réforme n'était qu'un "malentendu". L'Eglise Catholique est en train d'émerger comme la véritable "tête" d'une Chrétienté divisée, y compris des églises évangéliques. Les églises libérales connaissent une faillite morale, et les églises évangéliques sont divisées sur de nombreux problèmes. Mais l'Eglise Catholique bénéficie d'un crédit moral élevé, sur des problèmes comme le divorce, l'avortement et l'homosexualité.

Le rapprochement est si évident que Paul Crouch, Président du réseau de télévision TBN (Trinity Broadcasting Network), a déclaré "qu'il n'était plus Protestant, parce qu'il n'avait plus aucun sujet de protestation" ! Pat Robertson se produit à côté d'archevêques et de prêtres, lors de nombreux forums parrainés en commun par la Coalition Chrétienne et l'Eglise Catholique. Le magazine Christianity Today a publié en décembre 1994 une série d'articles, écrits par des spécialistes de la Bible aussi éminents que J.I. Packer et Charles Swindall. L'un de ces articles affirmait que la Réforme "était un simple malentendu sémantique", et que l'Eglise Catholique avait toujours cru au salut par la grâce" ! Quelle manière honteuse de travestir l'Histoire ! Allez dire cela à tous les martyrs du passé !

Le 29 mars 1994, des responsables évangéliques et catholiques ont signé une déclaration commune, intitulée "Evangéliques et Catholiques ensemble : la mission chrétienne au troisième millénaire". Ce document a été cosigné par 40 responsables chrétiens très connus, comme Chuck Colson, John Neuhaus, Richard Land, de la Convention des Baptistes du Sud, Jesse Miranda, des Assemblées de Dieu, J.I. Packer, John White, de l'Association Nationale des Chrétiens Evangéliques, Monseigneur William Murphy, Chancelier de l'Archidiocèse de Boston, l'Archevêque Francis Stafford, Bill Bright, de Campus pour Christ, Pat Robertson, de CBN, et bien d'autres encore. L'un des commentateurs chrétiens les plus connus a dit que les Catholiques "croient en la justification par la grâce", que les différences entre Evangéliques et Catholiques "ne sont pas aussi grandes qu'on le pense en général, qu'elles ne sont pas fondamentales, et que la plupart des doctrines fondamentales du Christianisme sont communes à toutes les églises" (The Southern Cross du 13 janvier 1994, page 11, cité par Dave Hunt dans "A Woman Rides the Beast" (Une femme est montée sur la bête), Harvest House Publishers, Eugene, Oregon, page 406).

Récemment, des responsables catholiques et protestants ont effectué une nouvelle tentative de définir en commun la doctrine du salut. Mais même ceux qui ont participé à cette tentative ont déclaré que cette doctrine avait des significations différentes pour les différents groupes. Mormons, Catholiques et Evangéliques emploient souvent les mêmes termes, mais ceux-ci ont des significations complètement différentes pour chacun. De deux choses l'une : ou nous sommes réellement confrontés à un énorme malentendu, ou nous assistons à un effort titanesque de révisionnisme historique, et à une honteuse dissimulation de la vérité. Ou bien c'est la Réforme qui s'est trompée, ou c'est l'Eglise Catholique qui a changé, ou, enfin, ce sont nos principaux dirigeants évangéliques qui sont tombés dans l'apostasie, et qui conduisent l'Eglise dans l'apostasie. Bien peu de Chrétiens semblent se douter de l'étendue du désastre ! Il nous faut donc étudier les faits.

Les Evangéliques sont tellement désireux d'accepter le révisionnisme de Rome, qu'ils ne se soucient même pas de contrôler les faits. Il semble qu'aucun sacrifice ne soit trop grand pour les Evangéliques, dans leur désir de réaliser "l'unité". En fait, le Concile de Vatican II n'a fait que confirmer une nouvelle fois tous les enseignements catholiques de base, ceux que les Evangéliques devraient justement avoir en horreur : l'Eucharistie, le culte rendu à Marie, l'infaillibilité du Pape, le Purgatoire, etc… "Ce sacré Concile reconnaît loyalement la vénérable foi de nos ancêtres, et confirme les décrets du Second Concile de Nicée, du Concile de Florence, et du Concile de Trente" (Concile de Vatican II, cité par Dave Hunt, op. cit., page 351). Cela signifie clairement que l'Eglise Catholique n'a pas changé ! En voici un autre exemple :

"Personne ne doit douter que les fidèles doivent accorder à ce très saint sacrement (c'est-à-dire l'hostie, qui se transforme pour les Catholiques en corps réel de Jésus-Christ) l'adoration qui est due au Dieu véritable, comme cela a toujours été la coutume de l'Eglise Catholique… Par ce sacrement, selon le Concile de Trente, le pain et le vin se transforment en corps et sang de Christ, subissant une véritable transsubstantiation" (Concile de Vatican II, cité par Dave Hunt, op. cit., page 368). L'enseignement sur la messe et l'eucharistie est l'un des enseignements les plus erronés et les plus anti-bibliques du Vatican. Nous y reviendrons.

En ce qui concerne l'œcuménisme, il s'agit d'une voie à sens unique. Tout le monde doit changer, sauf les Catholiques ! Selon les Conciles de Vatican I et II, les Chrétiens évangéliques et les Protestants sont toujours anathèmes (maudits) dans plus de 100 domaines, y compris celui du salut par la seule foi en Jésus-Christ !

Voici ce qu'a écrit le Pasteur Jack Hayford dans "Seven Promises of a Promise Keeper" (Les sept promesses d'un Promise Keeper) :

"L'adoration des rachetés est centrée sur la table du Seigneur. Que votre tradition célèbre ce culte en l'appelant messe, eucharistie ou Sainte Cène, nous sommes tous appelés à nous réunir autour de ce point central du culte chrétien" (page 19).

Une telle déclaration devrait provoquer une levée de boucliers dans tous les milieux évangéliques de notre pays ! Pourtant, les dirigeants chrétiens ont tous gardé bouche close ! Bien au contraire, les dirigeants du Mouvement Vineyard accordent leur soutien aux Catholiques :

"John Wimber est aussi parfaitement à l'aise avec les dogmes de l'Eglise Catholique qu'il l'est avec ceux des églises évangéliques. Nous l'avons déjà noté, Wimber approuve la pratique catholique de la guérison par les reliques. Il est partisan de la réunification des Protestants et des Catholiques. L'un de ses anciens associés a déclaré : "Au cours d'une convention de pasteurs du mouvement Vineyard, il est allé jusqu'à demander "pardon" à l'Eglise Catholique, de la part des Protestants". Dans son séminaire sur l'implantation d'églises, Wimber a déclaré : "D'ailleurs, le pape est très favorable au mouvement charismatique, et il est lui-même un chrétien évangélique né de nouveau. Si vous avez lu n'importe lequel de ses écrits sur le salut, vous savez qu'il prêche un évangile aussi clair que celui que n'importe qui peut prêcher aujourd'hui"." (Phil Arms, "Promise Keepers : Another Trojan Horse" (Les Promise Keepers, un nouveau cheval de Troie), page 265, citant John MacArthur, Charismatic Chaos, page 148).

Quelles déclarations à la fois parfaitement ridicules et blasphématoires, de la part des plus hauts responsables des milieux évangéliques ! Examinons ce que croit l'Eglise Catholique Romaine, et voyons si de telles déclarations peuvent être justifiées.

Qu'est-ce croit réellement l'Eglise Catholique Romaine ?

Il se peut qu'il y ait des Catholiques qui soient nés de nouveau. Là n'est pas la question. Ce qu'il faut savoir, c'est ce que l'Eglise Catholique enseigne officiellement, et si elle a modifié l'une quelconque de ses positions au cours de l'Histoire. Sur ce dernier point, la réponse est clairement négative ! Toutes les doctrines traditionnelles de Rome ont été confirmées par Vatican II, et par tous les documents officiels publiés depuis. Mais que croit réellement l'Eglise Catholique ? Malheureusement, en raison de l'immensité de ce sujet, je ne ferai que l'effleurer. Mais tout ce que j'affirme peut être parfaitement prouvé. Voici simplement certaines positions traditionnelles de l'Eglise Catholique, qui sont absolument opposées à l'enseignement de la Bible. L'Eglise Catholique Romaine croit toujours :

*Que la Tradition de l'Eglise Catholique est sur le même plan que l'enseignement de l'Ecriture.

*Qu'un bébé est sauvé par le sacrement du "baptême", qui efface le "péché originel".

*Que Dieu pardonne le péché par un acte juridique et sacramentel accompli par un prêtre, suite à la confession et à la contrition.

*Que l'expiation de Christ à la Croix n'est pas suffisante. Le sacrement de l'Eucharistie transforme le pain et le vin en corps et sang réels de Christ, par un processus appelé transsubstantiation. Le pain et le vin sont donc adorés au même titre que Dieu.

*Que seul un prêtre peut administrer ces sacrements.

*Que Marie est la Mère de Dieu conçue sans péché, Reine du Ciel et co-rédemptrice. Elle est assise à la droite de Dieu et intercède pour nous en tant que médiatrice. Les Catholiques vénèrent et prient Marie et les "saints" catholiques.

*Que le Pape de Rome est infaillible, et interprète les Ecritures d'une manière infaillible.

*Que l'Eglise Catholique, dans les derniers jours, doit exercer sa domination sur la terre entière. Le Vatican est un Etat souverain, représenté par ses ambassades dans presque tous les pays du monde.

*Aux indulgences, au Purgatoire, aux prières aux morts, etc…

En ce qui concerne le salut, la sémantique est subtile, mais importante. Les Catholiques disent qu'ils croient en Jésus-Christ comme leur Sauveur. Ils croient que Christ est mort pour leurs péchés. Toutefois leur salut ne leur est pas donné par la foi en Christ seul, mais au travers de l'Eglise Catholique. Elle enseigne que le salut est accordé au bébé lors de son baptême conféré par l'Eglise. Ensuite, une dose supplémentaire de salut est accordée "au jour le jour" par l'intermédiaire des prêtres, notamment par la pratique de certains sacrements comme celui de l'Eucharistie. Or l'Ecriture affirme que Christ "est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle" (Hébreux 9 :12). Dire que "le prêtre est indispensable, étant donné qu'il est le seul, par ses pouvoirs, à réaliser la transformation du pain et du vin en corps et sang de Christ", est quelque chose d'abominable ! (John A. Hardon, Pocket Catholic Dictionary, Doubleday, 1966, page 249). Les Catholiques sont donc encouragés à assister au plus grand nombre possible de messes, parce qu'ils peuvent physiquement "manger" et "boire" Jésus-Christ. Cela revient à nier le véritable Evangile de la grâce, pour le remplacer par un enseignement selon lequel les "grâces et les mérites" obtenus pour nous par Christ nous seraient dispensés "au compte goutte", ou "à tempérament", chaque fois que nous participons à une messe ! La doctrine selon laquelle le pain et le vin seraient littéralement transformés en corps et en sang réels de Jésus-Christ est un pur blasphème !

Accepter la prêtrise de Rome revient à nier la prêtrise de Christ et la prêtrise universelle de tous les Chrétiens. Accepter la messe et l'eucharistie revient à nier l'efficacité de la mort de Jésus-Christ sur la Croix. De nombreux Catholiques peuvent ignorer ce que leur Eglise enseigne réellement, et d'autres peuvent ne pas être d'accord avec certaines de ses doctrines. Bien sûr, certains Catholiques peuvent être sauvés. Mais ceux qui sont clairement informés de leurs doctrines ne devraient pas rester dans l'Eglise Catholique ! Le Catholicisme et le véritable Christianisme sont diamétralement opposés. Sous prétexte de rechercher l'unité, on néglige les positions catholiques sur les vérités bibliques essentielles. Comme l'a dit quelqu'un : "Il faut choisir : soit l'unité avec l'Eglise Catholique au détriment de la vérité, soit la vérité !"

Je pourrais passer beaucoup plus de temps à parler de l'Eglise Catholique. Il y aurait tant à dire ! Mais je ne prendrais que quelques exemples. L'Eglise prétend faire remonter la succession des Papes jusqu'aux temps apostoliques, ce qui est ridicule. Tout d'abord, la Bible n'indique nullement que Pierre occupait une place aussi élevée que celle du Pape. Quand Jésus lui avait dit qu'Il bâtirait Son Eglise sur "ce roc", Il parlait de Lui-même. Ensuite, il n'y a aucune continuité historique dans la succession des Papes. Il y a des "trous" importants. Il y a eu des époques où il n'y avait pas de Pape, et des époques où il y avait plusieurs Papes à la fois. En outre, de nombreux Papes, tout au long de l'Histoire, ont commis les péchés les plus hideux, l'immoralité, et toutes sortes de crimes contre l'humanité. Si cela vous intéresse, tout est parfaitement prouvé. Il vous suffit de le vérifier. Il y a tellement de contradictions historiques que cela en devient risible ! Les prêtres ont longtemps été mariés. Mais cela leur fut interdit au onzième siècle. Officiellement, c'est un péché pour un prêtre de se marier, mais leur célibat les pousse à la fornication. Peu après l'institution du célibat des prêtres, le Vatican devint la plus grande maison de passe que le monde ait jamais connue ! Rome était bien la mère des impudiques.

"Des Papes avaient des maîtresses âgées de quinze ans. D'autres ont pratiqué l'inceste et toutes sortes de perversions sexuelles. Ils ont eu d'innombrables enfants. Certains furent assassinés au moment où ils pratiquaient l'adultère… D'où le vieil adage catholique : "Il ne faut pas être plus saint que le Pape" ! (Peter de Rosa, "Vicars of Christ : The Dark Side of Papacy" (Vicaires de Christ, ou le côté sombre de la papauté), Crown Publishers, 1988, pages 396-397).

En ce qui concerne l'infaillibilité du Pape, il y a, là aussi, de nombreuses contradictions historiques. En ce qui concerne le Magistère de l'Eglise, et l'idée que les doctrines de l'Eglise Catholique forment un ensemble cohérent, unique et constant, il y a eu, et il y a toujours, tellement de points de vue différents au sein de l'Eglise Catholique, qu'en comparaison les Protestants semblent unis ! La Réforme a permis de revenir à l'Ecriture comme seule source de vérité et de révélation. Les Catholiques prétendent qu'une telle attitude génère un trop grand nombre d'opinions diverses et de divisions dans le Corps de Christ. Pourtant, il y a, au sein de l'Eglise Catholique, tout autant d'opinions divergentes. Ce sont des choses dont on ne nous parle pas. Lisez le livre de James R. White, "The Roman Catholic Controversy, Catholics and Protestants - Do the Differences Still Matters ?" (La controverse au sujet de l'Eglise Catholique, Catholiques et Protestants - Leurs différences comptent-elles encore ?), 1996.

Je parlerai encore du culte à Marie. Beaucoup affirment que ce n'est pas un culte semblable à celui qui est rendu à Dieu. Mais prenez simplement le "Je vous salue Marie". On a l'impression que Marie est plus importante que Jésus ! J'ai connu beaucoup d'églises en Europe et en Amérique du Sud. Il est évident que c'est Marie qui est au centre du culte catholique ! Le Pape actuel se rend au Mexique pour vénérer Notre Dame de Guadalupe. Il est convaincu que les apparitions de Fatima vont restaurer Marie à sa vraie place. Marie est toujours l'Immaculée Conception et la co-rédemptrice. Dans le catholicisme, elle est bien plus vénérée que Dieu Lui-même ou que Jésus ! Au mieux, il s'agit d'une superstition ou d'un blasphème, au pire, d'une pratique démoniaque !

Il faut le dire clairement : l'Eglise Catholique Romaine croit qu'elle est la seule Eglise véritable, la seule qui offre des sacrements permettant d'accéder au salut, ce qu'aucune autre église chrétienne ne peut offrit ! Que font donc Paul Crouch, Benny Hinn, Bill McCartney (le fondateur des Promise Keepers), et bien d'autres responsables évangéliques, qui croient être attachés aux doctrines fondamentales de la foi chrétienne, et qui considèrent les Catholiques comme des "frères et sœurs en Christ" ? J'ai honte de le dire, mais l'Histoire montrera un jour que Billy Graham et Bill Bright (le fondateur de Campus pour Christ) ont œuvré plus que quiconque pour le mouvement œcuménique. Billy Graham a toujours travaillé avec l'Eglise Catholique, au point de renvoyer tous ceux qui étaient "sauvés", lors de ses croisades, dans des églises catholiques ! En fait, il les renvoyait dans ce qui n'est qu'une secte apostate ! Récemment, Bill Bright et un certain nombre d'autres ministères se sont mis d'accord à Colorado Springs pour ne plus essayer d'évangéliser les Catholiques, "parce que nous sommes tous Chrétiens" !

Frères et sœurs, je pourrais continuer à écrire des pages et des pages sur ce sujet. Mais ne voyez-vous pas que quelque chose ne va pas ? Il y a trente ans, les Chrétiens évangéliques pensaient que toutes les églises libérales membres du Conseil Mondial des Eglises retourneraient dans le giron de Rome. Mais aucun n'aurait pensé que des églises aussi fondamentalistes que l'Eglise Baptiste en ferait autant ! Aujourd'hui, le mouvement est lancé sur une grande échelle ! Les Evangéliques mènent la danse pour célébrer le Jubilé de l'an 2000 avec les Catholiques, et pour assister à une messe dite par le Pape devant près de 5 milliards de téléspectateurs ! Les dirigeants des églises évangéliques se pressent à Rome pour embrasser l'anneau du Pape ! Que font-ils de leurs brebis ?

Ce rapprochement avec l'Eglise Catholique est sans doute le plus important de tous les signes de l'apostasie. C'est celui que devraient surveiller de près tous les Chrétiens réellement nés de nouveau. Même s'il y a encore quelques voix qui crient dans le désert, peu nombreux sont ceux qui y prennent garde. Dave Hunt, lorsqu'il publia son excellent livre "A Woman Rides the Beast" (Une femme est montée sur la bête), ne s'est attiré que des railleries de la part des dirigeants de l'Eglise visible. Où sont les veilleurs ? Où sont les dirigeants spirituels ? Où sont les géants spirituels de nos jours, qui devraient faire entendre un cri de protestation devant cette mascarade ? Nos soi-disant dirigeants évangéliques sont étrangement silencieux. Beaucoup de dirigeants des récents "réveils", du mouvement Vineyard, ou des prophètes de Kansas City, ont effectué leur pèlerinage à Rome. Les Promise Keepers, comme d'autres organisations semblables, sont franchement œcuméniques, comme Jeunesse en Mission, Campus pour Christ, Jeunesse pour Christ, etc… Il n'y a que très peu de dirigeants chrétiens en vue qui n'ont pas sauté dans le train de l'œcuménisme !

Voici ce que l'on pouvait lire sur Internet, le 1r mai 1998 : "Kampen, Pays-Bas, le 28 avril (ENI) - Le Docteur Konrad Raiser, Secrétaire Général du Conseil Mondial des Eglises, a renouvelé son appel pour que toutes les principales églises chrétiennes s'engagent, au cours de l'année 2000, dans un processus qui devrait conduire à la création d'un Conseil Universel regroupant toutes les églises chrétiennes et tous les Chrétiens.

"Prenant la parole lors de l'ouverture du Dutch Kerkendag (Jour des Eglises en Hollande), le samedi 25 avril, le Docteur Raiser a déclaré qu'au cours de l'année 2000, les responsables des Eglises Catholique, Orthodoxes, Protestantes, Anglicane et Pentecôtistes devraient solennellement s'engager à ne prendre aucun repos tant que ce Conseil Universel ne serait pas créé".

Je croyais autrefois que tous les Catholiques charismatiques étaient "nés de nouveau" et qu'ils devaient être Chrétiens. A présent, j'ai compris que le parler en langues n'est pas nécessairement la preuve de la nouvelle naissance ! On parle en langues chez les Mormons, les Hindous, les Bouddhistes et dans la plupart des autres religions ! Si tous les Catholiques qui parlent en langues étaient réellement sauvés, je ne crois pas que le Seigneur leur permettrait de rester dans une institution aussi idolâtre ! Le Seigneur ne nous demande pas d'y rester pour évangéliser. Il nous demande de sortir de toute Eglise apostate, de peur de participer à ses jugements ! Même si les Chrétiens évangéliques sont ardemment désireux de se rapprocher de l'Eglise Catholique, les Catholiques réellement nés de nouveau ne devraient plus rien avoir à faire avec cette Eglise ! La dernière chose qu'un ex-Catholique devrait faire, c'est retourner dans son ancienne Eglise ! Les Chrétiens évangéliques attirés par l'œcuménisme sont trop naïfs pour ne pas reconnaître la profonde perversion spirituelle de cette Grande Prostituée, l'Eglise Catholique. Nous sommes bien les victimes de cette nouvelle culture de la "tolérance" !

Pourquoi en a-t-il été ainsi ? Pourquoi sommes-nous tombés si bas ? Tout d'abord, parce que nous sommes tout près des derniers jours. La Bible avait prophétisé que cela se passerait ainsi, et cela se passe sous nos yeux. En second lieu, la plupart des Chrétiens ne connaissent pas leur Bible, et ne sont donc pas enracinés dans la foi. Troisièmement, il faut clairement reconnaître la responsabilité des dirigeants de l'Eglise. Il n'y a pas une seule Ecole Biblique, pas un seul Institut de Théologie, qui ne soient touchés par l'apostasie dans notre pays. Les pasteurs et les professionnels de la foi conduisent leurs brebis sur la voie du compromis. C'est une bonne raison pour ne pas nous comporter comme des moutons de Panurge !

Tous ceux qui osent mettre en question des dirigeants chrétiens sont considérés comme des rebelles, des gens qui refusent toute autorité, des fauteurs de troubles négatifs et sans amour, des diviseurs, des chasseurs d'hérésies… Ceux qui refusent cette ruée vers l'unité sont ridiculisés et montrés du doigt. C'est extrêmement frustrant, parce que les gens ne veulent plus discuter des problèmes. Ils attaquent les personnes. J'ai demandé à un pasteur s'il avait lu un certain livre, il m'a répondu : "Oh non ! Il est trop négatif !" Ces gens refusent d'être informés sur les problèmes ! Et ce sont eux qui nous dirigent ! "Fermez vos oreilles et vos yeux ! Ne dites rien de mal !" Mettez seulement votre tête dans le sable, et évitez à tout prix de considérer les problèmes et d'accepter la vérité ! De toutes manières, que se passerait-il si un pasteur prenait courageusement position ? Il perdrait sans doute son emploi ! N'est-ce pas ?

"Cher lecteur, je vous prie d'être sur vos gardes. Aujourd'hui, on recherche l'unité à tout prix. Les questions de doctrine, au lieu de constituer une muraille de protection autour du Chrétien, sont considérées comme des causes de division, et comme une muraille à abattre ! Ce n'est plus la Parole de Dieu qui est notre unique critère. Mais ce sont les dirigeants et les "experts" chrétiens qui fixent les critères ! Ce qui constitue l'unité est défini par les experts. Ne vous en mêlez pas ! Qui êtes-vous, après tout ? Quelles sont vos lettres de créance ? Comment osez-vous contester des docteurs en théologie ? Ce sont des mastodontes qui vont dans toutes les églises de notre pays. Aussi, soyez prudents quand vous les rencontrez. Sinon, vous serez écrasé, réduits en miettes, discrédités, critiqués et rejetés."

Quand je lis tous les livres sur les derniers jours, je suis très troublé. On nous met en garde constamment contre le Mouvement du Nouvel Age et les humanistes du monde. On nous dit que la menace vient de l'Hindouisme, du Bouddhisme, de l'Islam, des Universalistes ou des adeptes du Nouvel Age qui méditent dans la position du lotus. Pourtant, ces auteurs ne voient pas que le Nouvel Age est entré dans l'Eglise par la psychologie chrétienne, par le mouvement des signes et des prodiges, et par celui de la Parole de Foi. Le vrai danger ne vient pas de l'extérieur, mais de l'intérieur de l'Eglise ! Il vient des églises évangéliques qui ont accepté l'esprit du monde, et l'idée que Dieu n'est qu'un Dieu d'amour et de tolérance. Ce n'est pas du tout ce que je crois ! La Parole de Dieu dit que nous serons livrés aux synagogues (les équivalents de nos églises modernes), que nous serons trahis par nos frères, etc… Pourquoi nos dirigeants ne voient-ils pas cela ? Surtout parce que nous avons ouvert toutes grandes les portes de l'Eglise à la psychologie chrétienne, cette pseudoscience humaniste teintée de Nouvel Age !

Laurence Dene McGriff

icon 48 infoNDLR: L. D. McGriff est responsable de l'oeuvre "Antipas Ministries". Il exerce un ministère en faveur de ce qu'il appelle "l'Eglise des derniers jours", cette Eglise fidèle qui, selon lui, sera de plus en plus rejetée et persécutée, et qui devra revenir au modèle biblique des églises de maisons des premiers temps. Il a publié en 2000 un livre intitulé "Apostasy and the Last Days Church" (L'apostasie et l'Eglise des derniers jours).

* L'original de cet article peut être consulté en anglais sur le site Internet : http://www.endtimesnetwork.com

  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

Vous pouvez commenter cet article

0 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir plus de 25 caractères
conditions d'utilisation.
X

Copie

Vous souhaitez copier cet article pour votre blog ? N’hésitez pas à nous contacter !