d07Beaucoup de Chrétiens ne savent pas tout ce que la mort de Christ a accompli en eux. Cette ignorance est lourde de conséquences pratiques pour leur vie.Tous les Chrétiens savent que Christ est mort pour eux et pour leurs péchés. Tous savent qu’à la croix, leurs péchés ont été expiés par leur Sauveur, qui S’est offert sans tache pour prendre dans Son corps, sur le bois de la croix, tous leurs péchés et toutes leurs iniquités. Tous ceux qui ignorent ou qui refusent cette vérité ne peuvent pas bénéficier de ce merveilleux salut qui nous a été offert par la mort de Jésus-Christ. Mais tous les Chrétiens ne savent pas que leur salut ne s’arrête pas à cette vérité fondamentale. Après leur conversion et leur nouvelle naissance spirituelle, beaucoup luttent constamment, mais sans grand succès, contre des pensées et des sentiments impurs, et sont affligés de sentiments profonds d’échec et de culpabilité. Ils constatent avec impuissance qu’il y a un abîme entre les affirmations grandioses de la Bible, et la réalité concrète de leur vie de tous les jours. Et ils ne savent pas comment sortir de cette contradiction.

Certains ont repris espoir quand on leur a dit que ce qui leur manquait, c’était un véritable baptême dans le Saint-Esprit, et que ce baptême allait tout régler. Ils ont un jour vécu une puissante expérience de visitation du Saint-Esprit. Ils ont ressenti une glorieuse onction de l’Esprit les traverser, ils se sont même mis à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer, et ils ont prophétisé.

Mais, après quelque temps, ils se sont rendu compte que cette puissante visitation n’avait pas réglé leurs problèmes concrets de lutte contre des pensées et des sentiments impurs, et ne leur avait pas donné une victoire complète et définitive sur le péché. Ils ont réalisé que le fait d’être rempli, ou baptisé de l’Esprit, ne leur permettait pas automatiquement de vivre en permanence dans la puissance de l’Esprit. Ils sont persuadés que la cause de cet échec vient de la présence et de l’action contraire de leur “vieille nature” de péché. Ils savent, théoriquement, que cette “vieille nature” a été mise à mort sur la croix, mais ils la voient “ressusciter” sans cesse. Il leur semble que la capacité de cette “vieille nature” à ressusciter excède de loin sa capacité à mourir définitivement, et qu’elle possède en tout cas une aptitude inouïe et insurmontable à renaître constamment de ses cendres.

Ces Chrétiens finissent souvent par s’épuiser dans ce combat sans fin, et à baisser les bras. Ils finissent par accepter l’idée qu’ils ne pourront jamais donner un témoignage parfait, à l’image de celui de Christ, et qu’il leur faudra bien s’accommoder de cette impuissance. Ils sont convaincus que seul le retour du Seigneur et l’enlèvement de l’Eglise pourront leur donner une victoire définitive.

Ces quelques lignes sont écrites non seulement pour les encourager à relever la tête, mais pour leur permettre de mieux comprendre le vrai chemin biblique de la victoire sur le péché, chemin que tous peuvent emprunter, ici et maintenant.

La première chose à bien savoir, à croire, et à ne jamais oublier, c’est que nous sommes morts en Christ et avec Lui.

Jésus ne S’est pas contenté de mourir pour nous. Il nous a fait mourir en Lui et avec Lui sur la croix. Mais nous devons bien comprendre ce qui est véritablement mort en Christ et avec Lui.

“Que dirons-nous donc ? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde ? Loin de là ! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché ? Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés ? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché ; car celui qui est mort est libre du péché” (Romains 6 : 1-7).

Paul montre pour commencer que la racine de notre problème, c’est l’ignorance : “Ignorez-vous…?” Si nous ignorons que nous avons été baptisés, c’est-à-dire plongés avec Christ dans Sa mort, et ensevelis avec Lui, nous ne pourrons jamais vivre de Sa vie de résurrection. Nous allons, comme le dit Paul au début de ce passage, “demeurer dans le péché,” et nous ne connaîtrons jamais une pleine victoire sur le péché. Car seul “celui qui est mort est libre du péché.”

Nous devons savoir que notre “vieil homme ” est totalement et définitivement mort et enseveli. Il est mort quand Christ est mort, et il a été enseveli quand Christ a été enseveli. C’est une réalité absolue, définitivement accomplie et passée, et sur laquelle il ne faut plus revenir.

Qui est donc ce “vieil homme” que Christ a mis à mort ? C’est notre esprit, la partie la plus profonde de notre être, le moteur intérieur de notre vie, notre être spirituel intérieur.

Le problème, c’est que beaucoup de Chrétiens ne savent pas réellement ce qu’est leur esprit. Certains ne savent même pas qu’ils ont un esprit. Ils confondent leur esprit avec la partie de leur être intérieur dont ils ont conscience, c’est-à-dire leur être psychique, ou leur âme, qui est, pour eux, la source de leurs pensées, de leurs sentiments et de leurs motivations.

Le “vieil homme” n’est pas, ne peut pas être leur être psychique conscient. Si cela était, les Chrétiens, après leur conversion, n’auraient plus conscience d’avoir des pensées, des désirs et des sentiments impurs, car leur être psychique, qu’ils pensent être leur “vieil homme,” étant mis à mort, ne pourrait plus se manifester en eux par ces pensées, désirs et sentiments impurs.

Notre esprit concerne une zone de notre être intérieur qui est bien plus profonde que notre être psychique conscient. La plupart des Chrétiens ne sont même pas conscients qu’ils ont un esprit. Le domaine de l’esprit est un domaine pratiquement étranger à la plupart des hommes, avant leur conversion. La plupart des hommes se contentent d’exercer les facultés normales de leur être psychique dont ils sont conscients : facultés intellectuelles, capacité à éprouver des sentiments et des émotions, et capacité à prendre des décisions et à faire des actes de volonté. Toutes ces facultés et capacités caractérisent une personnalité humaine.

Mais ces facultés et capacités ordinaires ne concernent pas le domaine de l’esprit. Le domaine de l’esprit, c’est justement cette zone un peu étrange et dangereuse où l’on commence à toucher à des capacités surnaturelles : intuitions, “sixième sens,” révélations et flashes provenant d’un monde spirituel que l’on ne connaît pas bien, et que l’on ne maîtrise pas.

Quand nous nous repentons, et que nous acceptons Jésus-Christ comme notre Sauveur et Seigneur, Dieu efface nos péchés. Mais Il nous fait aussi passer par une nouvelle naissance spirituelle. Il fait renaître notre esprit coupé de Dieu et mort dans son péché. C’est à ce moment précis que disparaît ce “vieil homme.” Il est remplacé par un “homme nouveau,” un esprit nouveau, que Dieu crée à neuf, à Son image, “dans une justice et une sainteté que produit la vérité” (Ephésiens 4 : 24).

Non seulement cela, mais Dieu Lui-même vient habiter par Son Esprit dans notre esprit régénéré. Il nous rend directement participants de Sa divinité et de Sa vie éternelle et divine. C’est cette vie qui est la vie de résurrection de Christ. Elle est implantée par le Seigneur dans notre esprit dès le début de notre nouvelle naissance, qui est la re-création de notre esprit.

Notre esprit, notre homme spirituel, change alors complètement de nature et de personnalité. Il passe en un instant des ténèbres à la pure lumière de Dieu, de la mort à la vie éternelle, de Bélial à Christ. D’où viennent donc les pensées, désirs et sentiments impurs qui continuent à se manifester en nous, après notre conversion et notre nouvelle naissance ?

Ce qui est clair, c’est qu’elles ne peuvent plus venir de notre esprit, car celui-ci est entièrement régénéré, à l’image de Christ, et rempli des désirs, sentiments et pensées de Christ. Puisque le “vieil homme” a disparu et a été remplacé par un “homme nouveau,” il ne peut plus y avoir de lutte entre le “vieil homme” et “l’homme nouveau.”

Dans ce chapitre 6 de Romains, comme dans toutes ses épîtres, Paul passe beaucoup de temps à nous expliquer que le problème, à présent, n’est plus au niveau d’une lutte entre le “vieil homme” et “l’homme nouveau,” mais entre la “chair” et “l’homme nouveau.” Il nous faut donc bien comprendre ce qu’est la “chair,” et comment avoir la victoire sur la chair.

Si vous pensez que votre vieil homme n’est pas vraiment mort, ou qu’il a tendance à “ressusciter” constamment, votre combat est sans fin, et sans victoire définitive possible. En effet, votre “vieil homme,” c’est toujours vous-mêmes. Et vous êtes donc toujours en train de lutter contre vous-mêmes. Il y a, en quelque sorte, une moitié de vous-mêmes qui lutte contre l’autre moitié ! La “bonne moitié” qui lutte en permanence contre la “mauvaise moitié” ! En somme, vous n’arrivez à bénéficier qu’à une moitié de votre salut ! Vous comprenez bien que dans ces conditions, il ne peut jamais y avoir une victoire complète contre le péché, puisque votre nature de péché ne serait pas complètement morte, et que vous ne pouvez pas faire mourir une “moitié” de vous-mêmes ! Il ne peut pas en être ainsi dans le plan parfait de Dieu !

Le Chrétien n’a pas deux natures, comme certains l’affirment ! Sa vieille nature est morte, et il en a reçu une nouvelle, pure, sainte, parfaite, juste. La chair n’est pas sa vieille nature. La chair est une nature mauvaise qui continue d’habiter dans son corps, mais qui lui est complètement étrangère. Elle est de la même nature que notre ancienne nature, mais elle n’est pas identique à notre ancienne nature. La chair et notre ancienne nature sont animées du même esprit, qui est celui de Satan. Mais il doit être clair dans notre pensée que nous sommes entièrement libérés de notre ancienne nature. Nous sommes des créations nouvelles en esprit ! Et nous sommes aussi libérés du contrôle et de la domination de la chair, si nous apprenons à marcher par l’esprit nouveau que nous avons reçu.

La chair est une puissance de péché et de mort qui est entrée en Adam et Eve au moment où ils ont désobéi. Elle est d’abord entrée dans leur esprit, qui est mort au moment même où ils ont désobéi. Leur esprit est mort par rapport à Dieu, mais il est devenu vivant par rapport à Satan ! Il a fallu ensuite des siècles pour que cette puissance de péché se répande, à partir de leur esprit, dans leur âme (ou encore dans leur être psychique) et dans leur corps physique, finissant par produire leur mort physique.

“C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché” (Romains 5 : 12).

Le “monde,” à cette époque, se réduisait à deux personnes. Mais la mort s’est ensuite étendue à tous leurs descendants.

Quand un homme se convertit à Christ et passe par une nouvelle naissance, le péché et la mort disparaissent de son esprit, puisque son esprit passe par une nouvelle création, et reçoit la justice de Christ et la vie éternelle.

Mais le péché et la mort ne disparaissent pas de son âme et de son corps physique ! Son âme, c’est-à-dire son être psychique intérieur conscient, est encore remplie de pensées, de désirs et de sentiments impurs, qui proviennent de la puissance de mort et de péché qui est toujours fixée dans le corps physique.

Comme notre corps, notre âme n’est pas mauvaise en soi. Elle ne peut être mauvaise que quand elle est remplie des pensées, sentiments et désirs impurs qui proviennent de la chair qui habite dans nos membres. Mais, quand nous apprenons à purifier notre âme de toutes ces mauvaises influences, pour la remplir de tous les bons désirs, sentiments et pensées qui viennent de Dieu, au travers de notre esprit, alors notre âme devient un instrument de la justice.

“Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur (mon esprit régénéré) ; mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?” (Romains 7 : 22-24).

Ces phrases sont claires ! La loi de péché et de mort ne se trouve plus dans mon être intérieur, mon esprit régénéré, mais elle se trouve dans mes membres, dans mon corps physique.

Ce ne sont pas mes membres en eux-mêmes qui sont un problème, mais c’est ce qui se trouve dans mes membres, collé à mes membres : une loi de péché et de mort qui veut me contrôler en permanence, par des passions, des pensées et des volontés et des désirs impurs.

C’est cette loi de péché que Paul appelle “la chair.” Pourquoi l’appelle-t-il la chair ? Parce qu’elle se trouve fixée dans la chair physique.

Paul dit dans Romains 6 : 13 : “Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité ; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice.”

Si mes membres peuvent devenir des instruments de justice, c’est qu’ils ne sont pas mauvais en eux-mêmes, tout comme l’âme. Ils peuvent être soit livrés au péché, soit livrés à la justice de Dieu, pour être des instruments soit du péché, soit de la sainteté.

Il faut simplement savoir comment “déconnecter” nos membres de cette puissance de péché qui leur est attachée, et comment les “connecter” à la justice de Dieu, afin qu’ils deviennent des instruments de justice.

Les étapes de la délivrance sont donc les suivantes :

Je dois savoir, et reconnaître, que ma vieille nature de péché, mon ancienne personnalité, mon “vieil homme,” est définitivement mort et enseveli en Christ et avec Christ, et que je suis devenu, dans mon esprit, une création entièrement nouvelle, une personne nouvelle en Christ.

“Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles” (2 Cor. 5 : 17). Dans mon esprit régénéré, tout est devenu nouveau. Je suis un être spirituel entièrement recréé à l’image de Christ, par Sa grâce.

“En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché ; car celui qui est mort est libre du péché” (Romains 6 : 5-7).

“Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu” (Col. 3 : 3).

“Ne mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du vieil homme et de ses œuvres, et ayant revêtu l’homme nouveau, qui se renouvelle, dans la connaissance, selon l’image de celui qui l’a créé” (Col. 3 : 9-10).

    Je dois reconnaître, et savoir, qu’il existe toujours, attachée à mon corps physique, une loi de péché et de mort, mais que cette loi échappe à ma nouvelle nature, c’est-à-dire à mon esprit régénéré.

“Mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres.” (Romains 7 : 23).

Cette “loi de péché et de mort,” que la Bible appelle la chair, possède des passions, des sentiments, des volontés et des désirs contraires à ceux de notre esprit régénéré. Elle possède donc une personnalité mauvaise, et s’efforce de me faire croire que cette personnalité mauvaise est toujours la mienne. Seule notre ignorance peut nous faire croire à ce mensonge !

    Je dois reconnaître, et savoir, que je peux être concrètement délivré, dans ma vie de tous les jours, et par la foi en la Personne et l’œuvre de Christ, de l’influence et de la tyrannie de cette loi de péché et de mort qui habite dans mes membres.

” Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs” (Galates 5 : 24).

“Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu… Faites donc mourir les membres qui sont sur la terre, l’impudicité, l’impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie” (Colossiens 3 : 3, 5).

“En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort” (Romains 8 : 2).

Dès le moment où je reconnais que les désirs, les pensées et les sentiments impurs que je peux encore ressentir en moi ne viennent pas de moi, c’est-à-dire de ma nouvelle nature spirituelle, mais viennent d’une puissance étrangère de péché et de mort, qui habite encore dans mon corps, ma délivrance est assurée ! Car mon nouveau “moi,” mon esprit régénéré, est passé par la mort et la résurrection en Christ. Il se trouve pleinement installé dans le Royaume de Dieu, assis dans les lieux célestes en Christ !

Dans cette position, j’échappe complètement au contrôle de la loi de péché qui est dans mes membres, pourvu que je connaisse ma position céleste, et la toute-puissance de la croix, c’est-à-dire de la mort de Christ.

Cette puissance de péché, quant à elle, n’est évidemment pas passée par la mort de la croix. Elle reste vivante à son niveau, c’est-à-dire dans le royaume de Satan. Mais il y a, entre elle et moi, entre le royaume de Satan et le Royaume de Dieu, l’abîme infranchissable de la croix ! Christ m’a fait passer, par Sa mort, au travers de la croix, et de l’autre côté de la croix, dans Sa vie de résurrection ! La chair est restée de l’autre côté, du “mauvais côté,” dans le royaume de Satan ! Là où je me trouve, en Christ, elle ne peut pas me contrôler ! Elle ne peut me contrôler que si j’ignore ma mort et ma résurrection en Christ, si j’ignore ou si je rejette l’œuvre et la puissance de la croix !

L’ignorance et l’incrédulité produiront toujours les mêmes résultats : elles me garderont sous le contrôle de la loi du péché et de la mort qui est dans mes membres.

Rien ne peut annuler ni maîtriser cette loi de péché et de mort, sinon une loi supérieure, celle de l’esprit de vie en Jésus-Christ.

La loi de l’esprit de vie m’a déjà libéré de cette loi de péché et de mort, parce que je me suis mis à son bénéfice, en Christ, de l’autre côté de la croix, dans la vie de résurrection de Christ !

Pour pouvoir maîtriser et annuler en permanence cette loi de péché et de mort qui est dans mes membres, je dois actionner en permanence la loi de l’esprit de vie. C’est cela, mettre en permanence à mort la chair !

Mettre à mort la chair, c’est la rendre inactive, inefficace. Elle est toujours présente dans mes membres, mais elle est réduite à l’impuissance par la mise en action permanente de la loi de l’esprit de vie.

Comment mettre en action la loi de l’esprit de vie ? Par la foi ! En sachant ce que Christ a accompli à la croix. En sachant, et en croyant, que Sa mort m’a entraîné dans Son Royaume, où n’existent et n’agissent ni la chair ni le péché ! En gardant constamment mes yeux spirituels sur le Seigneur, Sa Personne, Son œuvre. En n’oubliant jamais ce qu’Il a fait de moi en Lui : une nouvelle création spirituelle à Son image, libérée définitivement de l’esclavage du péché, de la maladie et de la mort, dans mon esprit régénéré. En restant concentré sur Jésus et sur Sa Parole, sans me laisser spirituellement distraire par tout ce qui vient du monde, de la chair, du péché et de Satan. En aspirant constamment à me laisser remplir de Son Esprit, de Sa Parole, de Sa Vérité, de Sa nature, de Sa vie divine, de tout ce qu’Il est et de tout ce qu’Il me donne !

Alors notre marche devient de plus en plus légère, de plus en plus paisible, de plus en plus spirituelle, de plus en plus à la gloire de Dieu, non pas par nos efforts, mais par la foi et dans le repos de l’Esprit !

Le Seigneur ne mérite-t-Il pas tout l’honneur et toute la gloire ? Il ne peut recevoir toute la gloire et tout l’honneur que si nous Le laissons pleinement agir dans nos vies, dans un abandon total à l’action de Son Esprit et de Sa Parole !

“Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés !” (Matthieu 5 : 6).

Henri Viaud-Murat

Source: http://bloghenriviaudmurat.wordpress.com

  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

Vous pouvez commenter cet article

0 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir plus de 25 caractères
conditions d'utilisation.