bibleFoi

 

 « Placez-vous sur les chemins, regardez, et demandez quels sont les anciens sentiers, quelle est la bonne voie ; marchez-y, et vous trouverez le repos de vos âmes ! »

 Jérémie 6:16

 

 

 

esprit L’Esprit par la foi (chapitre 25), marcher par l’Esprit (chapitre 26), l’Esprit d’amour (chapitre 27), Rempli de l’Esprit (chapitre 28). « Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi… afin que la bénédiction d’Abraham eut pour les païens son accomplissement en Jésus-Christ et que nous reçussions par la foi l’Esprit qui avait été promis » (Gal 3:13, 14.). La première fois que l’Écriture mentionne le mot de foi, c’est à propos d’Abraham. « Abram crut à l’Éternel et l’Éternel le lui imputa à justice ». (Ge 15:6). Voilà le secret de son obéissance, de tout ce qui le rendait « agréable à Dieu ». C’est ainsi qu’il devint « le père de tous ceux qui croient ». (Rom 4:11). Tous les enseignements que nous pouvons retirer de la vie d’Abraham se résument en ces mots: « Recevoir par la foi l’Esprit qui avait été promis ».

Lire la suite...

 

esprit Spirituel ou charnel (chapitre 22), le Temple du Saint-Esprit (chapitre 23), l’Esprit et la chair (chapitre 24). « Pour moi, frères, je n’ai pu vous parler comme à des hommes spirituels, mais comme à des hommes charnels, comme à de petits enfants en Christ » (1Co 3:1-3). Dans le chapitre précédent nous avons vu que Paul met en parallèle le croyant devenu spirituel avec l’homme naturel non encore régénéré, en d’autres termes l’homme de l’Esprit avec l’homme d’âme. (1Co 2:14, 15). Il complète ici ce qu’il voulait dire. Il explique aux Corinthiens que quoiqu’ils eussent l’Esprit, il ne pouvait pas dire d’eux qu’ils fussent spirituels, parce qu’il ne suffit pas pour l’être d’avoir reçu l’Esprit, mais qu’il faut encore le laisser prendre possession du cœur et régler toute la vie.

L’homme passe par trois phases successives: L’homme non régénéré: c’est l’homme naturel qui n’a pas encore reçu l’Esprit de Dieu; l’homme régénéré qui est encore un petit enfant en Christ, soit parce qu’il n’est que tout nouvellement converti, soit parce qu’il est resté stationnaire: c’est l’homme charnel qui subit encore l’influence de la chair; le croyant qui est entièrement sous la domination de l’Esprit: c’est l’homme spirituel. Tout ce passage est riche d’enseignements quant à la vie de l’Esprit au-dedans de nous.

Lire la suite...

 

esprit L’Esprit de prière (chapitre 19), le Saint-Esprit et la Conscience (chapitre 20), révélation de l’Esprit (chapitre 21). « De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières; mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints » (Rom 8:26, 27). De tout ce qu’opère le Saint-Esprit, c’est son intervention comme Esprit de prière qui nous fait le mieux comprendre la place qu’il occupe dans l’économie de la grâce et dans le mystère de la sainte Trinité. C’est au Père que nous adressons nos prières et c’est lui qui les écoute; c’est au nom du Fils que nous prions; c’est par le Saint-Esprit que nous prions, lui-même priant en nous par des soupirs si inexprimables qu’il faut que Dieu sonde les cœurs pour savoir quelle est la pensée de l’Esprit. L’intercession de l’Esprit au-dedans de nous est l’œuvre de Dieu aussi bien que l’intercession du Fils dans le ciel.

Lire la suite...

 

esprit Le Saint-Esprit et les Missions (chapitre 16), l’affranchissement de l’Esprit (chapitre 17), Conduit par l’Esprit (chapitre 18). « Il y avait dans l’Eglise d’Antioche quelques prophètes et docteurs. Comme donc ils vaquaient au service du Seigneur et qu’ils jeûnaient, le Saint-Esprit leur dit: Séparez-moi Barnabas et Saul pour l’œuvre à laquelle je les ai appelés. Après donc qu’ils eurent jeûné et prié, ils leur imposèrent les mains et les firent partir. Eux donc, étant envoyés par le Saint-Esprit, descendirent à Séleucie » (Ac 13:1-4). Le texte cité en tête de ce chapitre nous indique la part que doit prendre l’Église à l’œuvre des missions. La prédication de Philippe à Samarie et celle de Pierre à Césarée nous les montre vaquant au ministère sous la direction de l’Esprit au milieu d’auditeurs qui n’étaient pas Juifs. La prédication d’hommes venus de Chypre et de Cyrène pour parler aux Grecs d’Antioche, nous montre déjà l’Esprit de vie et d’amour poussant à ouvrir de nouvelles portes là où les chefs de l’Église n’avaient pas encore pensé à aller (Ac 11:20). Grande est l’importance du second chapitre des Actes, où nous voyons quelle puissance fut donnée à l’Église pour travailler à Jérusalem, mais le treizième chapitre n’a pas moins de valeur, puisqu’il nous montre l’Église choisissant les premiers hommes destinés à l’œuvre des missions.

Lire la suite...

 

esprit Attendre l’Esprit (chapitre 13), l’Esprit de puissance (chapitre 14), L’effusion de l’Esprit (chapitre 15). « Il leur recommanda d’attendre la promesse du Père, laquelle, dit-il, vous avez ouïe de moi (Ac 1:4)  » Dans la vie des saints hommes de l’Ancien Testament le mot attendre est un de ceux qu’ils aiment à employer pour exprimer l’attitude de leur âme devant Dieu. Ils attendaient Dieu et s’attendaient à Dieu. L’Écriture nous parle de cette attente comme étant l’expérience du croyant: « J’ai patiemment attendu l’Éternel » (Ps 40:2). « J’ai attendu l’Éternel, mon âme l’a attendu ». A présent que le Père s’est révélé par le Fils, et que le Fils a accompli la rédemption, notre attente doit se concentrer principalement sur la grande promesse qui nous révèle l’amour du Père et la grâce du Fils réunis ensemble, sur le don du Saint-Esprit et son habitation en nous. Attendons-nous à l’Esprit saint, à sa lumière, à sa puissance pour révéler en nous la présence du Père et du Fils, pour nous sanctifier et accomplir lui-même en nous le service auquel nous appellent le Père et le Fils.

Lire la suite...

 

esprit L’Esprit envoyé par Jésus (chapitre 10), l’Esprit glorifiant Dieu (chapitre 11), L’Esprit convainquant de péché (chapitre 12). « Je vous dis la vérité, il vous est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le Consolateur ne viendra point à vous, mais si je m’en vais, je vous l’enverrai » (Jean 16:7). En quittant ce monde, notre Seigneur promet à ses disciples que son départ leur sera « avantageux », que le Consolateur viendra le remplacer, et qu’il fera plus pour eux que ne pouvait faire sa présence corporelle. Ses rapports avec eux n’avaient guère été qu’extérieurs et par conséquent n’avaient pas amené tout ce qu’on aurait pu en attendre, tandis que l’Esprit viendrait en eux, habiterait en eux, leur apportant ainsi la présence de Jésus qui serait leur vie et leur force.

Lire la suite...

 

esprit L’Esprit et la parole (chapitre 7), l’Esprit et Jésus glorifié (chapitre 8), Le Saint-Esprit en l’homme (chapitre 9). « Si vous m'aimez, gardez mes commandements, et je prierai mon père qui vous donne un autre consolateur, s'avoir l'Esprit de vérité » (Jean 14:15,16). Ces paroles ne sauraient trop fixer notre attention. Soit dans le paradis, soit pour les anges du ciel, soit même aussi pour le Fils de Dieu, ce n’est que par l’obéissance nos rapports avec Dieu peuvent subsister, qu’Il peut se révéler à nous et nous préparer pour la gloire. N’en fut-il pas ainsi du Fils de Dieu ? C’est après trente ans de sainte humilité et d’obéissance, c’est après avoir témoigné de sa consécration par ces mots: « Il convient d’accomplir tout ce qui est juste », (Mat 5: 15) et s’être présenté au baptême pour les péchés de son peuple, qu’il fut baptisé du Saint-Esprit. C’est à cause de son obéissance que l’Esprit descendit sur lui.

Lire la suite...

X

Copie

Vous souhaitez copier cet article pour votre blog ? N’hésitez pas à nous contacter !