finney

« Celui qui gagne les âmes est sage (Pr 11:30). »
La définition la plus ordinaire de la sagesse est, qu’elle consiste dans le choix des moyens les plus convenables pour atteindre un but. L’objet de ce discours est donc de diriger les chrétiens vers les moyens les plus propres pour atteindre leur but infiniment désirable, le salut des âmes. Ce soir je me bornerai à traiter des efforts particuliers des individus pour obtenir la conversion et le salut des hommes. Dans une autre occasion peut-être je me servirai du même texte pour traiter de la sagesse à employer dans la prédication publique de l’Evangile et dans le travail du ministère. Pour le moment, je vais donner quelques directions pour assister les simples fidèles dans cette œuvre, et je montrerai comment ils doivent se conduire.

Lire la suite...

 

finney

« Vous êtes mes témoins, dit l’Eternel, et mon serviteur aussi que j’ai élu (Esa 43:10). »
Notre texte affirme que les enfants de Dieu sont ses témoins. Dans plusieurs de mes discours précédents j’ai insisté sur le sujet de la prière, c’est-à-dire sur cette classe de moyens à employer pour un réveil, qui tendent à obtenir de Dieu qu’il répande son Esprit sur les hommes. J’en viens maintenant à une autre classe de moyens, savoir: Aux moyens que nous devons employer nous-mêmes pour convaincre et convertir les pêcheurs. En général, les hommes sont affectés par la religion à proportion de la conviction qu’ils ont de sa vérité.

Lire la suite...

 

finney

« Je vous dis encore que si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander quoi que ce soit, la chose sera faite par mon Père qui est dans les cieux (18:19). »
En traitant du sujet de la prière, je me suis borné jusqu’à ce jour à parler de la prière secrète. Je viens maintenant parler de la prière en commun, de la prière sociale, où deux personnes ou plus s’unissent à cet effet. Des assemblées de ce genre avaient lieu fréquemment dès le temps de Christ, et même des siècles avant lui; et il est probable que le peuple de Dieu fut toujours habitué de prier en commun dès qu’il en a eu la facilité et le privilège. Je ne mettrai pas ici en question la convenance de cette pratique, ni je n’insisterai pour le moment sur le devoir de la prière sociale ; je ne discuterai pas non plus la question si deux chrétiens quelconques qui s’unissent pour demander une bénédiction seront sûrs de l’obtenir.

Lire la suite...

 

finney

« Soyez remplis de l’Esprit (Eph 5:18). »
Quelques-uns de mes derniers discours ont roulé sur le sujet de la prière et sur la nécessité de l’esprit de prière, ou sur l’intercession du Saint-Esprit. Il n’y a aucun doute que toutes les fois qu’on insiste, sur la nécessité et l’importance des influences de l’Esprit, les hommes ne soient exposés aux dangers d’abuser de cette doctrine, et de la pervertir à leur propre dommage. Lorsque vous dites par exemple aux pécheurs que jamais ils ne se repentiront que par le Saint-Esprit, ils sont très sujets à entendre par là qu’ils ne peuvent se repentir jusqu’à ce qu’ils sentent opérer le Saint-Esprit, et que, par conséquent, il n’y a jusque-là pour eux aucune obligation de le faire.

Lire la suite...

 

finney

« De même aussi l’Esprit nous assiste dans nos faiblesses. Car nous ne savons pas comme il faut ce que nous devons demander ; mais l’Esprit lui-même prie pour nous par des soupirs qui ne se peuvent exprimer. Mais Celui qui sonde les cœurs connaît quelle est l’affection de l’Esprit; car il prie pour les saints, selon Dieu (Ro 8:25,26). »
Mon avant-dernier discours avait pour sujet la prière efficace ; et je fis observer alors que l’un des attributs les plus importants de la prière efficace est la foi. Ce sujet est si vaste que je le réservai pour un discours particulier, et qu’en conséquence je traitai, vendredi dernier, le sujet de la foi dans la prière, ou, comme on dit, la prière de la foi. Je m’étais proposé d’achever ce sujet en un seul discours ; mais, comme je fus obligé de me resserrer excessivement sur certains points, il m’a semblé, de même qu’à quelques autres personnes, que ce sujet fait naître certaines questions auxquelles il faut répondre plus abondamment, vu surtout qu’il règne sur ce même sujet tant d’obscurité.

Lire la suite...

 

finney

« C’est pourquoi je vous dis: quoique ce soit que vous demandiez, quand vous priez croyez que vous le recevez, et vous l’aurez (Mr 11:24). »
Quelques personnes ont supposé que ces paroles se rapportaient exclusivement à la foi des miracles ; mais il n’en existe pas la moindre preuve. Au contraire, la connexion de ces paroles avec ce qui précède prouve clairement qu’il ne s’agit point ici seulement de miracle. Si vous lisez le chapitre entier, vous verrez qu’à cette époque Jésus et ses apôtres étaient engagés dans une œuvre très active, et pleins de l’esprit de prière. Comme ils retournaient le matin à la même œuvre, ayant faim et étant fatigués, ils virent un figuier à peu de distance. Il était très beau ; et, sans aucun doute, il avait l’air de porter du fruit ; mais, quand ils arrivèrent, ils n’y trouvèrent que des feuilles. Jésus dit alors au figuier : « Que jamais personne ne mange plus à l’avenir de ton fruit ! » Le matin, le figuier est sec jusqu’à la racine.

Lire la suite...

X

Copie

Vous souhaitez copier cet article pour votre blog ? N’hésitez pas à nous contacter !