sparks

« Et Moïse prit l’huile d’onction et le sang qui était sur l’autel ; il en fit aspersion sur Aaron et sur ses vêtements, sur ses fils, et sur les vêtements de ses fils avec lui ; et il consacra Aaron et ses vêtements, ses fils et les vêtements de ses fils avec lui » (Lévitique 8:30). Dans le contexte de la mise à part de la compagnie des sacrificateurs, il y avait deux béliers qui étaient sacrifiés : le bélier d’installation sur l’holocauste (verset 18) et le bélier de consécration (verset 22). C’est de ce dernier dont nous allons parler maintenant. Le bélier de consécration avec lequel Aaron et ses fils se sont identifiés en appuyant leurs mains sur sa tête, symbolise Christ dans Sa Vie avec le Père, en quelque sorte dans sa consécration à la volonté de Dieu - le Bélier de Consécration. « Voici, Je suis venu pour faire Ta volonté ô Dieu ! » « Je fais toujours ce qui Lui fait plaisir » « Ma mission est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé, pour accomplir Son œuvre ». Ces paroles nous témoignent de la relation entre le Fils et le Père et nous donnent le sens de la Vie qui L’animait : un feu le consumait pour faire la volonté de Dieu et s’y consacrer. Il pouvait dire alors : « Pour eux, Je me consacre ».

Lire la suite...

 

sparks

Nous abordons l’aspect collectif commun : la relation entre la vie de l’Esprit et le Plan de Dieu à propos de l’Eglise, en reconnaissant ce qui est établi dans la Parole, c’est-à-dire que la représentation de Dieu dont nous parlons n’est pas seulement individuelle mais commune et collective. Il existe deux définitions très importantes de l’Eglise. La première est celle de 1 Corinthiens 12:12 : « de Christ » « comme le corps est un… il en est de même de Christ ». Voila la définition la plus complète de l’Eglise. La deuxième est dans Ephésiens 2:15 : « …un homme nouveau ». Les deux premières sont résumées dans une troisième : « l’Eglise qui est son Corps ». Dans l’esprit de Paul, le Corps est Christ symbolisé de manière collective : c’est encore et toujours l’homme nouveau. Tout est concentré dans ces deux définitions : Christ et l’homme nouveau en une entité commune, l’Eglise. Nous avons beaucoup parlé de l’esprit de filiation chez l’individu chrétien, mais cet esprit est encore plus présent au sein de l’Eglise. C’est en un seul et même Esprit que nous sommes baptisés dans un Corps, l’Esprit de filiation. Ceci veut dire que l’importance de l’individu dépend du Corps, dans le Corps.

Lire la suite...

 

sparks

« C’est pourquoi, frères saints, qui avez pris part à la vocation céleste, considérez l’apôtre et le souverain Sacrificateur de la foi que nous professons, Jésus-Christ, qui a été fidèle à Celui qui l’a établi, comme Moïse aussi le fut dans toute sa maison » (Hébreux 3:1-2). « …C’est pourquoi, le Saint-Esprit dit : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs, comme ce fut le cas lors de la contestation au jour de la tentation au désert… » (Hébreux 3:7-8). L’épître aux Hébreux semble prédominante. C’est une des épîtres les plus importantes de la Bible. Nous sommes ici en présence de clauses qui sont des clés pour la lettre mais aussi des clés pour quelque chose de bien plus grand que cette lettre. Au chapitre 2 et au verset 5, nous avons l’expression : « le monde à venir dont nous parlons ». Toute la lettre de l’apôtre est reliée à cette expression extraordinaire. Cela nous montre toutes les voies et tous les moyens que Dieu a utilisé pour sécuriser, non seulement le monde inhabité à venir qu’Il a à cœur, mais tout le gouvernement de ce monde. Ainsi donc ce dont il est parlé dans cette lettre est la domination du monde inhabité à venir, et nous allons en parler dans le cadre du Plan de Dieu.

Lire la suite...

 

sparks

Il nous faut toujours garder à l’esprit l’importance primordiale du Saint-Esprit. Pour nous aujourd’hui tout dépend du Saint-Esprit et sans lui rien n’est vraiment possible. Le Seigneur Jésus l’a dit clairement : face à deux grandes options, celle de rester physiquement sur terre avec ses disciples, ou celle de son départ pour laisser la place à l’Esprit, Il a évidemment choisi la deuxième en leur disant qu’il était avantageux pour eux qu’Il s’en aille. En effet, s’Il n’était pas parti, le Saint-Esprit ne serait pas descendu et pour Lui, la venue du Saint-Esprit était bien plus importante que de rester physiquement présent ici bas. « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais elles sont encore au dessus de votre portée. Mais quand l’Esprit de vérité sera venu, il vous conduira dans toute la vérité, car il ne parlera point de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu et vous annoncera les choses à venir. C’est lui qui me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi et qu’il vous l’annoncera. Tout ce que le Père a est à moi ; c’est pourquoi j’ai dit qu’il prendra de ce qui est à moi et il vous l’annoncera » (Jean 16:12-15).

Lire la suite...

 

sparks

Lire Lévitique 8. « Dieu ayant autrefois parlé à nos pères, à plusieurs reprises et de différentes manières, par les prophètes, Il nous a parlé en ces derniers temps par Son Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par lequel Il a aussi créé le monde… car auquel des anges Dieu a t-il jamais dit : Tu es mon Fils, je t’ai engendré aujourd’hui ? Et encore : Je serai son Père et Il sera mon Fils ?… Mais quand au Fils : O Dieu, ton trône demeure pour tous les siècles, et le sceptre de ton règne est un sceptre de justice et d’équité » (Hébreux 1:1-2,5,8).
« C’est pourquoi il faut nous attacher plus fortement aux choses que nous avons entendues, de peur que nous périssions » (Hébreux 2:1).
« C’est pourquoi, frères saints, qui avez pris part à la vocation céleste, considérez l’apôtre et le souverain Sacrificateur de la foi que nous professons, Jésus-Christ… » (Hébreux 3:1).
« Puisque nous avons un grand souverain Sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, retenons ferme notre profession de foi » (Hébreux 4:14).

Lire la suite...

 

sparks

Une expression du Nouveau Testament nous est familière : « Rempli de l’Esprit ». Surprise pourtant : cette expression n’apparaît que dans Luc et dans Ephésiens. L’objectif de Luc, dans ses écrits, est de présenter Christ, le Fils de l’Homme, parfait Homme de Dieu. Nous savons qu’il a adressé ce traité à son ami Théophile, un grec, dont la mentalité tournait autour de l’homme idéal et parfait et qui recherchait de toutes ses forces à devenir un tel homme. Luc entreprit d’écrire à son ami un premier puis un second traité où il présenterait Christ comme étant cet Homme-là. Ainsi dans l’évangile de Luc et dans les Actes des apôtres, il est fait particulièrement référence à cet Homme, Christ Jésus, Fils de l’Homme.

Lire la suite...

 

sparks

En méditant sur la place de la mort de Christ dans l’évangile de Jean, on trouve beaucoup de références à cette mort sous des aspects différents, et chacune d’elles est reliée à quelque chose de nouveau qui en résulte. La mort et la résurrection du Seigneur Jésus dans les derniers écrits du Nouveau Testament sont toujours associées au terme « nouveau ». Par exemple, dans Romains 6:4 : « Nous avons été ensevelis avec Lui par le baptême en Sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie ». Paul dans la seconde lettre aux Corinthiens, nous parle de la mort de Christ et de notre union avec Lui dans Sa mort, puis de Sa résurrection et de notre résurrection avec Lui : « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle création : les choses anciennes sont passées, voici toutes choses sont devenues nouvelles ».

Lire la suite...