sparks

Nous abordons l’aspect collectif commun : la relation entre la vie de l’Esprit et le Plan de Dieu à propos de l’Eglise, en reconnaissant ce qui est établi dans la Parole, c’est-à-dire que la représentation de Dieu dont nous parlons n’est pas seulement individuelle mais commune et collective. Il existe deux définitions très importantes de l’Eglise. La première est celle de 1 Corinthiens 12:12 : « de Christ » « comme le corps est un… il en est de même de Christ ». Voila la définition la plus complète de l’Eglise. La deuxième est dans Ephésiens 2:15 : « …un homme nouveau ». Les deux premières sont résumées dans une troisième : « l’Eglise qui est son Corps ». Dans l’esprit de Paul, le Corps est Christ symbolisé de manière collective : c’est encore et toujours l’homme nouveau. Tout est concentré dans ces deux définitions : Christ et l’homme nouveau en une entité commune, l’Eglise. Nous avons beaucoup parlé de l’esprit de filiation chez l’individu chrétien, mais cet esprit est encore plus présent au sein de l’Eglise. C’est en un seul et même Esprit que nous sommes baptisés dans un Corps, l’Esprit de filiation. Ceci veut dire que l’importance de l’individu dépend du Corps, dans le Corps.

 

« Par la grâce qui m’a été donnée, je dis à chacun de vous de ne pas avoir une trop haute opinion de lui-même, mais de revêtir des sentiments modestes, selon la mesure de foi que Dieu a départie à chacun. Car, comme nous avons plusieurs membres dans un seul corps, et que tous les membres n’ont pas la même fonction, ainsi nous, qui sommes plusieurs, nous sommes un seul corps en Christ, et nous sommes chacun en particulier les membres les uns des autres, ayant toutefois des dons différents, selon la grâce qui nous a été donnée : soit la prophétie pour l’exercer selon la mesure de la foi ; soit le ministère pour s’y attacher ; soit l’enseignement pour s’y appliquer ; soit l’exhortation pour la pratiquer. Celui qui distribue les aumônes, qu’il le fasse avec simplicité ; celui qui préside, qu’il le fasse avec soin, celui qui exerce les œuvres de miséricorde, qu’il le fasse avec joie » (Romains 12:3-8).

« Il y a diversité de dons, mais un même Esprit. Il y a aussi diversité de ministères, mais un même Seigneur ; il y a aussi diversité d’opérations, mais c’est le même Dieu, qui opère tout en tous. Or, la manifestation de l’Esprit est donnée à chacun pour l’utilité commune » (1 Corinthiens 12:4-7).

« Il a mis toutes choses sous ses pieds et l’a donné pour chef suprême de l’Eglise, qui est son Corps et la plénitude de celui qui remplit tout en tous » (Ephésiens 1:22-23).

« Mais que, professant la vérité dans l’amour, nous croissions en toutes choses dans celui qui est le Chef, Christ ; de qui, tout le corps, bien coordonné et étroitement uni, par le concours de toutes les articulations, tire son accroissement, selon la force accordée à chaque membre, afin qu’il soit édifié lui-même dans l’amour » (Ephésiens 4:15-16).

« C’est Lui qui est la Tête du Corps de l’Eglise : Il est le commencement, le premier né d’entre les morts, afin qu’il tienne le premier rang en toutes choses » (Colossiens 1:18).

« …Dont tout le corps, joint et étroitement uni par les articulations et les liens, s’accroît d’un accroissement selon Dieu » (Colossiens 2:19).

« Ne néglige point le don qui est en toi, qui t’a été donnée par prophétie, par l’imposition des mains du conseil des anciens » (1 Timothée 4:14).

« C’est pourquoi je te rappelle de ranimer le don de Dieu qui t’a été transmis par imposition de mes mains » (2 Timothée 1:6).

L’Apôtre le souligne en déclarant : « par la grâce de Dieu qui m’a été donnée, j’exhorte chaque être humain à ne pas avoir une trop haute opinion de lui-même, parce que nous sommes tous membres les uns des autres ». L’individu ne doit pas être placé au dessus du corps. Le membre a son importance, l’apôtre le dit clairement, mais il n’est pas prédominant. Ce qui nous amène à un autre aspect de la vérité du Corps de Christ, qui est présenté dans la Parole de Dieu.

 

A - Le Saint-Esprit et l’ordre au sein du Corps

La vision de Paul sur le Corps est si surprenante qu’elle semble impossible. Il présente l’Eglise, Corps de Christ, comme un organisme complet dès le départ et déjà en marche. Il en parle au présent. « Tout le corps bien coordonné et étroitement uni… fait croître… » Le corps est un. Paul ne parle jamais de l’Eglise comme si elle allait être unie et coordonnée : « le Chef, Christ… de qui le corps bien coordonné et étroitement uni… fait croître ».

On en est stupéfait au point de se poser des questions et d’en tirer certaines conclusions. Le fait est que, comme nous le constatons, le corps est loin d’être coordonné et uni ; il est même écartelé et désordonné. Ce n’est que très rarement que nous pouvons affirmer que l’Eglise est unie et parfaitement coordonnée. C’est surtout le contraire ! Même deux personnes parfaitement unies en Christ font partie des exceptions. Et pourtant Paul affirme que c’est l’état de l’Eglise.

Nous pensons que c’est la situation idéale, donc impossible.

Paul l’a écrit il y a des siècles de cela, comme si l’Eglise était dans cet état-là, et nous devons examiner les circonstances du temps de Paul pour voir que sa conception était en contradiction avec la situation d’alors. Ce n’est pas une situation impossible. Si nous avions vu les choses comme Paul, nous aurions dit la même chose. Ce que Paul voyait sur l’Eglise, Corps de Christ était bien évidemment une vision spirituelle et pas naturelle. Il voyait l’Eglise d’en haut et non d’en bas.

 

Il ne considérait pas le côté humain des croyants et ce qui provoquait conflits et tensions, la division et le manque d’adaptabilité, de communion et d’unité, il voyait le lien intime. C’est une des choses les plus difficiles à expliquer. Nous pouvons bien voir ce que Paul veut montrer, et il y a une clé à cela. La clé est que Christ est une unité. Il n’y a ni conflit, ni tension, ni division, ni esprit de parti, mais une parfaite harmonie, une vie ordonnée.

 

Le Saint-Esprit, qui est l’Esprit de Christ, distribue Christ à tous Ses membres. Ce qu’ils sont en eux-mêmes est une chose, mais ce que Christ est en eux, c’est autre chose. En venant au sein du conflit de notre humanité, il n’a pas abandonné sa nature et n’a perdu ni sa parfaite harmonie ni son unité. Ce qui est de Christ en nous produit une chose, d’une seule manière dans un seul but pour accomplir un plan bien défini. Il ya une unité parfaite et une relation parfaite. Ce qui vous est donné est un aspect des choses, une caractéristique de Christ, alors qu’à moi est donné un autre aspect, et à un troisième encore un autre aspect. Cependant, toutes ces caractéristiques forment un seul Homme parfait et sont nécessaires dans ce but.

Si nous vivons dans l’Esprit, si notre vie est dans l’Esprit, malgré tout ce que nous sommes par nous-mêmes, il y a en nous toute la parfaite unité de Christ ; il y a quelque chose de Christ à l’œuvre en chacun qui, reliée à tout ce qui est de Lui dans tous les autres, accomplit toute la manifestation de Christ. C’est ce que Paul a vu, et c’est ce que nous devons voir. C’est ainsi que l’Apôtre évalua la situation à Corinthe. L’un disait : « Je suis de Paul ! » ; un autre : « Je suis d’Apollos ! » ; encore un autre : « Je suis de Pierre ! » Paul rétorque :

« Christ est-Il divisé ? » Il veut dire : « C’est vous, c’est pas Christ. Vous violez la vérité, vous détruisez la réalité. La réalité est que Christ demeure un. Parce que vous vivez en vous-mêmes, vous êtes en contradiction, mais le fait demeure que Christ est un. Si vous abandonnez cette façon de penser, et venez sur le terrain de Christ, vous entrerez dans cette réalité ».

Ainsi Paul vit comme d’en haut, tout ce que nous voyons sur ce qui se présente à nous en tant qu’Eglise, Corps de Christ et peuple du Seigneur. Paul a vu l’Eglise sous une perspective céleste et il en enseigna la vérité ; laquelle ? Christ est un et, bien qu’Il puisse se livrer à nous par le Saint-Esprit sous divers aspects de Sa Personne. Il n’est pas divisé. Même si nous, les enfants de Dieu, nous sommes divisés, l’unité de Christ demeure malgré tout. Mais Paul a perçu et vu plus que cela. Il a compris son fonctionnement.

Il a dit des choses qui nous concernent et nous a dit de considérer cela pour manifester autant que possible la réalité du Corps. Cette réalité nous n’en sommes pas responsables et nous ne pouvons rien y changer. Rien dans l’univers ne peut enlever le fait que Christ est un. Rien ne peut détruire ni diviser Christ pour l’éparpiller en de multiples fragments disparates. Rien ! La Tête est aux cieux, puissance universelle de victoire sur chaque pouvoir de division dans l’univers ; rien ne peut affecter l’unité absolue de Christ.

Comme membres de Christ, nous pouvons tous connaître le conflit le plus violent, mais nous ne pouvons rien faire contre cette unité. L’expression et la manifestation de cette unité, c’est une autre histoire et c’est là que commence notre responsabilité. En voyant le contexte et la réalité de cette unité, Paul avait des choses à partager sur notre responsabilité relative à la manifestation de l’unité au milieu de nous.

Nous en verrons certains points. Il ne s’agit pas de faire un exposé sur des grands thèmes, de grandes idées sur l’unité. L’unité a un rapport avec le plan de Dieu pour cet univers, Dieu manifesté en « Homme corporatif ». C’est notre appel, notre destinée, ce pour quoi nous vivons, quelque chose où nous allons passer à côté si nous ne la reconnaissons pas.

Nous n’avons ni une connaissance ni une compréhension exactes de ce que Dieu fait et pourquoi Il agit ainsi avec nous, tant que nous ne voyons pas clairement le plan de Dieu qui est d’être conforme à l’image de Son Fils, le produit d’un Homme collectivement parlant au sein de l’univers, qui est la plénitude de Christ.

 

B - La croissance a besoin d’ordre

Premier point : Le Corps (l’homme nouveau, collectivement parlant) grandit et croît dans l’ordre. L’apôtre le dit clairement : quand le corps est bien et étroitement coordonné, il grandit dans la croissance divine, chaque membre opérant selon sa mesure. L’ordre et la croissance vont de pair. Le parallèle avec le corps physique est logique : pas de croissance, pas de développement, pas d’épanouissement sans que le corps soit en ordre de marche, une bonne coordination et un fonctionnement harmonieux.

La création de Dieu dans le monde physique est une merveille : chaque élément est à sa place pour le but qu’il doit atteindre. Essayez n’importe quel autre fonctionnement dans la disposition des membres du corps et vous verrez combien vous serez handicapés. Sans vouloir faite de l’humour, supposons que notre pouce se situe de l’autre côté de notre main et qu’ont doit travailler ainsi, imaginons les limites que cela nous impose.

Ainsi donc, le Seigneur a un ordre qui, s’il est respecté et reconnu et s’il fonctionne, nous amènera à un haut niveau de croissance et à la réalisation du plan divin. Nous ne pouvons davantage réaliser le Plan de Dieu sans respecter l’ordre divin, que nous ne pouvons exploiter nos capacités physiques avec un corps malade.

Le facteur déterminant de cet ordre, c’est l’autorité de Christ, et bien sûr, notre attachement à son autorité : « Attachés à la Tête d’où le corps tout entier dépend… » L’autorité de Christ et notre soumission à elle est inhérente à la croissance spirituelle. Chaque élément est relié et centré sur Lui, la Tête. Aucune partie du corps ne peut fonctionner si la Tête est séparée du corps, indépendamment de lui. Un problème neurologique ou une fracture osseuse, et le corps entier ne fonctionne plus bien.

Tout est dépendant de la Tête. Donc, l’autorité de Christ est essentielle à l’ordre du corps, l’Eglise. Quand nous parlons de l’autorité de Christ, c’est de la direction du Saint-Esprit venant de la part de Christ, la Tête. Symboliquement, si l’huile répandue sur la tête ne descend pas de la tête vers le corps (en référence à l’huile qui coulait de la tête sur la barbe et les vêtements d’Aaron), elle n’a aucune utilité. Ici, le Saint-Esprit répandu sur la Tête se répand sur tous les membres du Corps, plaçant tous les membres sous l’autorité de la Tête et sous une seule onction.

Nous sommes tous baptisés d’un seul Esprit dans un seul Corps, sous une autorité unique, parce que l’huile d’onction est donnée à la Tête. Il s’agit bien du gouvernement du Saint-Esprit. Il nous faut maintenant aborder le fonctionnement individuel des membres du Corps. En tant que telle, la question de notre fonction propre n’est pas prioritaire. La relation avec les autres n’est pas une question qui devrait nous poser un problème moral.

Ce qui est primordial, c’est de nous placer sous l’onction et sous la direction du Saint-Esprit. L’ordre en résultera. Quand le membre reconnaît l’autorité de Christ en toutes choses, il fonctionne spontanément avec chaque membre, expression de Christ. L’harmonie s’installe de manière aussi spontanée.

 

C - Nature de la relation et de la fonction spirituelle

Deuxième point : les membres de Christ sont des parties fonctionnelles de Christ. C’est la suite logique. Débarrassons-nous de tout schéma préétabli et reconnaissons que le Corps de Christ est l’union d’esprits renouvelés habités par le Saint-Esprit. Ce n’est pas l’unité de tant et tant de personnes physiques qui se font appeler « église » ; c’est simplement un rassemblement ou une assemblée. Ce que nous sommes ensemble en esprit fait de nous l’Eglise. Les croyants et les assemblées ou communautés ne font pas une Eglise.

L’Eglise est spirituelle, parce qu’elle est une union d’esprits. N’est-ce pas ce que le Maître voulait souligner dans son dialogue avec la Samaritaine, A ses paroles : « Nos pères adoraient sur cette montagne ; et vous dîtes que Jérusalem est le lieu où les hommes doivent adorer Dieu ? » Jésus répondit : « Les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ». Il n’était pas question du temple des Samaritains ni du temple des Juifs à Jérusalem : les vrais adorateurs adorent le Père en esprit et le Père recherche de tels adorateurs.

« Dieu est Esprit et il faut que ceux qui L’adorent, L’adorent en esprit et en vérité ». Le Seigneur disait en effet : « Je suis venu pour remplacer le temple et tout le système religieux extérieur, et à présent, de par ma venue, l’Eglise n’est plus un lieu ou une assemblée quelconque mais une union d’esprits ».

« Là où deux ou trois sont assemblés en Mon Nom, là Je viens et Je me joins à eux ». Quelque part, les gens ont l’idée que si deux ou trois se rassemblent ils vont dire : « Seigneur, nous sommes venus pour nous réunir en Ton Nom, viens Seigneur et unis-toi à nous ! » Nulle part, il ne dit cela. Il est hors de question de chercher un endroit où nous pourrions y proclamer que le Seigneur y est présent. Il a dit : « Là où deux ou trois sont… Je suis présent… ces deux ou trois ont déjà ma présence demeurant en eux ». Voilà l’Eglise !

Une union d’esprits, pas quelque chose de physique mais le Corps spirituel de l’Eglise. « Celui qui est uni au Seigneur est un esprit avec Lui ». C’est la nature de l’union et de celle des membres du Corps. Etre membre de Christ est différent de notre relation physique.

Combien faudra-t-il de temps pour nous débarrasser de ces notions fausses sur l’Eglise ? Lorsque nos noms sont inscrits sur un registre d’église, nous disons que nous faisons partie de l’Eglise. Etre membre de l’Eglise, c’est être membre de Christ en union d’esprit avec Lui. L’esprit n’est qu’un canal.

Revenons à ce que nous disions. Le Saint-Esprit donne au croyant obéissant une certaine mesure de Christ, c’est-à-dire une certaine faculté spirituelle. Pensez-y un instant. Les dons de l’Esprit, que signifient-ils ? Nous les avons évoqués dans notre dernier chapitre à propos de 1 Corinthiens 12 et Ephésiens 4. Ils ne couvrent pas la totalité des dons de l’Esprit, car les facultés spirituelles de Christ ne peuvent pas toutes être inventoriées. Mais vous en avez quelques exemples.

 

D - L’imposition des mains : son but et sa signification

Nous nous référons à deux passages des épîtres à Timothée à propos de l’imposition des mains. Paul parle du don qui était en lui par prophétie accompagnée de l’imposition des mains par les anciens. Ce fut un don attribué par l’Esprit à Timothée. Cela montre que c’est une chose nécessaire, car c’est dans la Parole de Dieu ; Il nous faut être parfaitement honnête avec la Parole de Dieu, et avec nous-mêmes, et avec le Seigneur, et ne mettre de côté aucun de ces sujets.

La première chose que signifie l’imposition des mains c’est qu’elle se fait dans le Corps. Dans le Nouveau Testament, l’imposition des mains était une reconnaissance que les convertis étaient maintenant membres d’un Corps. Le premier exemple est en Samarie. Les samaritains se tournaient vers le Seigneur, et là certains anciens vinrent de Jérusalem pour constater cette véritable œuvre du Seigneur, et il est dit, par respect pour ceux qui avaient cru : « ils imposèrent leurs mains sur eux ». C’est déjà un merveilleux triomphe de l’Esprit sur les relations difficiles qui existaient à l’époque entre les Juifs et les Samaritains, et c’est un merveilleux accomplissement de ce que Christ avait dit à la femme samaritaine au sujet des vrais adorateurs qui n’étaient ni sur une montagne ni à Jérusalem. C’est le témoignage spirituel qui importe.

Le témoignage rendu par l’imposition des mains était qu’ils étaient un seul Corps et un seul esprit. Et puis, à pâtir du moment où les mains étaient posées sur la tête des croyants, la souveraineté de Christ notre Tête était proclamée, autrement la soumission du membre à la Tête.

Il serait utile d’élargir la question de l’autorité de la Tête et l’étudier tout au long de la Parole de Dieu pour que tout soit clair. Quand le Seigneur parle de la Tête, Il sous entend la soumission à cette autorité. Il en donne une illustration humaine : L’homme est la tête de la femme comme Christ est la Tête de l’Eglise ; ce qui signifie que l’Eglise doit dans son intérêt et pour son plus grand bénéfice, se soumettre à Christ.

Le Seigneur souhaite atteindre ses objectifs les plus élevés par cet ordre-là, et si cet ordre n’est pas respecté, il y aura toujours une limitation. Quand il s’agit de se soumettre à Christ, l’homme est autant concerné que la femme. Paul s’adresse autant à l’homme qu’à la femme à propos de la façon de se comporter dans l’assemblée. C’est un ordre sous contrôle céleste, donc nous devons tous nous soumettre à Christ et à Son Autorité, quelle que soit notre position ou notre place. Nous avons évoqué l’imposition des mains, l’existence d’un Corps et de la soumission de ce Corps à une Tête, Christ.

Quand des représentants de ce Corps ont prié pour Timothée en lui imposant les mains et en reconnaissant la réalité de ce Corps soumis à Christ, ils ont été amenés à prier selon l’Esprit d’une certaine manière. Remarquez que le « presbytère » n’est pas le corps officiel en tant que tel, pas nécessairement un groupe d’apôtres, car Ananias a imposé les mains à Paul sans être apôtre. Il représentait la communauté de Damas tout au plus.

A Antioche, il y avait 5 hommes en autorité qui n’étaient pas apôtres, mais simplement des hommes qui avaient pris une responsabilité spirituelle sous l’autorité de Dieu dans la communauté. Pendant qu’ils louaient et adoraient le Seigneur et jeûnaient, le Seigneur leur a commandé de mettre à part Barnabas et Saul pour le ministère.

Pour Timothée, ils voulaient que le jeune homme soit envoyé et mis à part en sachant que le Seigneur le qualifierait d’une certaine manière. Cette prière fut inspirée et prophétique. Il devint clair pour tous que Timothée était marqué par un appel spécial : « Fais l’œuvre d’un évangéliste et applique-toi à ton ministère ». Comment cela s’est-il produit ? N’était-ce pas la prière d’imposition des mains ? C’était prophétique… une indication que Dieu lui faisait un don pour cela.

Dans le fonctionnement biblique du Corps de Christ, ni la méthode, ni le témoignage, ni le résultat ne doivent être mis en question. Le Corps de Christ doit cesser d’être un système. Le témoignage du Saint-Esprit devrait se perpétuer pour les croyants. L’unité du Corps, l’autorité de Christ et le don du Saint-Esprit sont les trois piliers sur lesquels les ministères ou services devraient fonctionner dans l’Eglise, Corps de Christ. Ne rétrécissons pas le sens du mot « don » : il a été souvent limité à 3 ou 4 notions au détriment de toute la vérité. Certaines personnes croient qu’un don est le signe assuré du Saint-Esprit et que si vous n’avez pas ce don, vous n’avez pas reçu le Saint-Esprit.

Que le Seigneur nous délivre d’une telle conception ! Paul montre très clairement que ce que des gens considèrent si important est le plus petit des dons, le parler en langues. D’autres dons sont bien plus importants que celui-ci : le don de sagesse, le don de connaissance, le don d’interprétation des langues, le don de révélation, par exemple. Ils sont même si importants qu’on ne peut vraiment les exercer en public, car ce ne sont pas des dons à démontrer devant les hommes. Ces dons s’exercent de manière paisible mais efficace. Il en existe d’autres qui œuvrent en secret et ils sont cependant des dons du Saint-Esprit.

La question est que le Saint-Esprit donne une certaine faculté de Christ à ses membres. Il doit y avoir une correspondance entre les facultés spirituelles et les facultés physiques. Le discernement et le Seigneur par l’Esprit font que certains membres du Corps voient et discernent pour Lui. Tous n’ont pas cette perception, ce discernement. Que ceux qui ne l’ont pas l’acceptent, au lieu de prétendre l’avoir et d’attirer des gens dans toutes sortes de problèmes parce qu’ils agissent sans aucun discernement.

Quelques uns ont ce don et il serait bon pour ceux qui n’ont pas ce discernement de travailler en communion avec ceux qui voient plus clairement qu’eux. Moïse a dit à son beau-père : « Viens avec nous et sois des yeux pour nous ! » En l’occurrence, Moïse avait fait une erreur, mais néanmoins le Seigneur a besoin d’yeux pour guider Son peuple. Vous pouvez prendre chaque membre du corps et découvrir la faculté spirituelle qui lui correspond. Certains entendent plus clairement et plus rapidement que d’autres ce que le Seigneur veut dire… Christ par l’Esprit est dispensé à travers Ses membres par des facultés spirituelles, et les membres doivent tous fonctionner par rapport à cela. Ensuite le Corps se construit et grandit.

L’apôtre nous dit qu’il nous faut simplement le reconnaître et devenir, de par notre constitution, des membres actifs de Christ en esprit, mais il nous faut garder le don en activité. Attention de ne pas passer à côté en laissant les choses s’estomper ! Ranimons le don qui est en nous !

 

E - La reconnaissance du Corps

L’apôtre Paul nous enseigne qu’il doit y avoir une reconnaissance mutuelle du Corps de Christ. Les paroles sont adaptées : « …à chacun de vous de ne pas avoir une trop haute opinion de lui-même ». S’il le fait, il prendra les autres membres de haut et les considérera à un niveau inférieur à celui qu’ils ont. Ceci fait du tort au Corps de Christ comme le membre qui cherche à dominer une situation. La soumission mutuelle et la reconnaissance de ce qu’est l’autre, c’est le désir du Seigneur. Pierre disait : « Soumettez-vous les uns aux autres dans la crainte du Seigneur ».

 

F - Le Ministère de Christ

Ensuite il doit y avoir le ministère de Christ de l’un vers l’autre. Nous avons quelque chose de Christ, une faculté pour exercer le ministère de Christ, c’est-à-dire une mesure de Christ à partager. C’est de cette façon que le Corps grandit.

L’Apôtre Jean nous dit : « Si quelqu’un voit son frère commettre un péché qui ne conduit pas à la mort, il demandera à Dieu qui lui donnera la vie pour ceux qui commettent un péché qui ne conduit pas à la mort » (1 Jean 5:16).

Cela fait aussi partie de notre ministère : Christ n’est-Il pas notre Vie ? Ne pouvons-nous pas en Christ communiquer cette vie à l’autre ? Bien sûr que nous le pouvons puisque nous y sommes appelés. C’est ainsi que le Corps grandit.

Oh, que le Seigneur nous permette d’être de plus grands ministères de vie l’un pour l’autre, et pas de mort ! A la lumière des Ecritures, il semble que l’ordre spirituel est une idée militaire. Parce que tout ce qui est lié à la victoire est associé à l’ordre.

Prenons par exemple le livre des Nombres, on découvre que l’armée s’organise en fonction de la conquête. Au son de la trompette, ils recevaient l’ordre de se mettre en marche. Le Nouveau Testament nous rappelle toujours que nous sommes dans un conflit. Dans l’épître aux Ephésiens apparaît le bon agencement d’un corps dans des relation justes, par l’identification avec Christ, un ensemble bien ordonné rempli de l’Esprit ; alors vient seulement notre combat contre les puissances et les principautés spirituelles. Pourquoi cela vient à la fin ? De toute évidence, parce que, s’il existe un désordre dans le Corps, il n’y aura ni marche triomphante, ni aucune victoire sur les forces du mal.

Nous avons déjà souligné que le détail et la technique d’organisation de l’Eglise, ce n’était pas notre affaire ; notre responsabilité à nous est de veiller à ce que notre vie soit alignée sur la vie de l’Esprit et reconnaître ses lois. Elles ont été établies et nous devons y obéir. C’est une très importante réalité, comme le souligne Paul. Mais Paul affirme également que, pour qu’il y ait croissance, édification, développement et victoire, il nous est impossible de vivre sur une base naturelle où le risque de division existe toujours.

En quittant ce terrain charnel et en venant sur le terrain de Christ, vous serez sur une base d’unité, de croissance et de développement. Vous ne serez plus charnels, comme des bébés, mais vous entrerez en pleine maturité. Reconnaître cet ordre est capital. Si une communauté locale est dirigée par le Saint-Esprit, vous en aurez la manifestation et vous vivrez dans l’espérance. Malgré l’état imparfait et immature du peuple de Dieu, le Seigneur voit de là haut tout ce qui se passe : Il voit la valeur spirituelle de chacun de ses enfants et recherche une relation spéciale avec eux et Il pourra alors les mettre en contact avec des situations et des personnes qui auront besoin de ce qu’ils possèdent de Christ.

Demandons au Seigneur de nous éclairer davantage sur ce sujet.

 

Théodore Austin-Sparks

 

 

Sources/Infos

 

list arrow  Livre: "Vivre dans la plénitude de l’Esprit de Dieu" de Théodore AUSTIN-SPARKS.

* Traduit et adapté de l’anglais par Jean-Marc TOURN (2010)
* Edition originale : Emmanuel Church - 12000 East 14th Street - TULSA OK 74128 - 5016 USA


 

Théodore Austin-Sparks

 

sparksUn des outils primordiaux du ministère d'Austin Sparks était le magazine qu'il éditait "A Witness and A Testimony" (Un Témoin et Un Témoignage). Cette revue fut publiée de 1923 jusqu'à sa mort en 1971. Sur la première page de cetteSparks1 publication on peut lire : "Le but du ministère de cette petite publication bimestrielle, est de contribuer au but divin qui nous est présenté dans ce passage de la lettre aux Éphésiens : " …jusqu'à ce que nous parvenions tous à l'unité de la foi et de la connaissance (littéralement la pleine connaissance) du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature de la plénitude de Christ : afin que nous ne soyons plus de petits enfants… " (4:13).


C'est dans cette publication qu'un grand nombre de ses messages délivrés aux diverses conférences furent retranscrits avant d'être publiés sous la forme de livres. Certains articles furent écrits spécifiquement pour le magazine et n'ont jamais été republiés. Nous trouvons d'autres contributions dans ce magazine : Watchman Nee, F. B. Meyer, A. W. Tozer, Andrew Murray, De Vern Fromke, Jessie Penn-Lewis, G. H. Lang, Stephen Kaung, Witness Lee, pour ne citer que les plus connus.

L'influence de cette publication fut assez vaste et cette dernière s'adressait particulièrement à ceux qui désiraient se consacrer entièrement à Dieu et à Sa pensée.

Source: www.austin-sparks.net/francais/. Ecrit par Didier Lebeau.
 

Livres

 
 livre01  livre02  livre03  livre04  livre05  livre06  livre07
 

 

  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

Vous pouvez commenter cet article

0 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir plus de 25 caractères
conditions d'utilisation.