walter beuttler

Poursuivant ce matin la chute de SAÜL, nous résumerons ensemble ce que nous avons vu précédemment, pour rafraîchir notre mémoire. Nous pourrons continuer d’une manière plus efficace. Nous avons remarqué que, dans la Parole de Dieu, il y a une certaine quantité de chutes d’hommes de Dieu, des hommes qui ont failli vis-à-vis de Dieu pour différentes raisons: CAÏN, qui a tué son frère ABEL, qui aimait le monde, SAMSON qui a perdu le secret de sa puissance, SALOMON, qui avait un faible pour l’autre sexe, JUDAS, qui a connu la convoitise, PIERRE, qui était confiant en lui-même, DIOTREPHE, qui aimait avoir l’autorité-(il y a des personnes qui aiment être autoritaires,) et SAÜL; nous pouvons dire qu’il a failli parce qu’il avait une volonté trop personnelle. Nous avons remarqué, ensemble, qu’il fut choisi par DIEU; il était conduit d’une façon providentielle; il était honoré de DIEU. Il était oint; il avait reçu un appel, il avait une œuvre à faire de la part de DIEU.

10° Partie

Au début de son œuvre, en tant que roi, il fut humble. Son cœur avait été transformé par DIEU; Dieu était avec lui et il prophétisait; il savait garder les secrets du Seigneur; il se cachait du public, il était silencieux lorsque l’opposition apparaissait. Il était petit à ses propres yeux.

Nous avons parlé, ensuite, de la chute de Saül, faisant remarquer que l’origine, la raison de sa faillite a été dans le fait qu’il n’a pas donné à Dieu la première place dans sa vie. Il a construit un autel à l’Eternel, mais il l’a bâti trop tard. Là il a commencé à faillir. Puis, nous avons vu qu’il n’avait pas attendu Dieu; il a pris les décisions de lui-même, il a agi indépendamment de Dieu. C’est là une erreur très subtile que nous pouvons aussi commettre dans le ministère.. Saül est allé de l’avant, tout seul, indépendamment de Dieu. Mous oublions facilement les paroles de Jésus: "Sans moi, vous ne pouvez rien faire" -

C’est ce fait que nous allons étudier encore ce matin: Saül n’a pas attendu Dieu.

Lisons ensemble dans le livre de l’EXODE, chapitre 24, les versets 12 à 16: (Ex 24:12-16)

Dans certaines de vos Assemblées, j’ai parlé de ce sujet qui est: L’ATTENTE DE DIEU, et certains d’entre vous se souviendront de la précision que j’ai apportée; il faudra néanmoins que nous en reparlions rapidement.

Voici un principe très important. Si nous voulons poursuivre notre travail pour Dieu avec efficacité, il y a une distinction à faire. Je ne sais si elle se trouve dans la traduction française, mais, dans la traduction anglaise, elle est très précise et très claire. Paul disait qu’il était quo-ouvrier avec Dieu.

Voilà la distinction à faire: il y a beaucoup de personnes qui travaillent pour Dieu, mais il n’y a pas beaucoup de serviteurs qui travaillent AVEC lui. C’est tout à fait différent. Ceux qui travaillent POUR Dieu, agissent généralement indépendamment de Lui; ils vont où ils veulent, ils font ce qu’ils veulent, ils disent ce qu’ils veulent; ils servent Dieu de leur propre manière, selon leurs propres forces, leur propre sagesse.. et ils accomplissent peu... Ils font certes beaucoup de travail; ils peuvent même courir très vite; ils peuvent même prêcher très longtemps, mais ils accomplissent très peu de choses d’une valeur éternelle. Jésus dit: "SANS MOI, VOUS NE POUVEZ RIEN FAIRE"

Mais, on a besoin d’ouvriers qui travaillent AVEC Dieu, c’est différent si je travaille pour Dieu, tout seul ou avec lui, en association; dans ce dernier cas, c’est Lui qui est le partenaire le plus important.

Permettez-moi de vous ramener à notre réunion d’hier soir. Je n’avais pas l’intention de vous reparler de la terre pierreuse; je voulais commencer tout de suite avec le terrain rempli d’épines. Mais pendant que je résumais l’étude du soir précédent, Dieu a intensifié en moi cette vérité de la terre pierreuse, il l’a ouverte devant moi, et immédiatement, j’ai su que le moment n’était pas encore venu de parler de la terre avec les épines. Dieu voulait que nous demeurions ensemble sur le sujet de la terre pierreuse et j’ai repris ce sujet pendant 30 à 45 minutes...

La raison en est très claire: le jour précédent, Dieu n’a pu accomplir ce qu’il aurait voulu faire. Je sens dans mon cœur qu’il n’a pas encore accompli tout ce qu’il voudrait; mais nous ne pouvons rien y faire, maintenant.

Nous devons donc apprendre à être des ouvriers AVEC DIEU.

 

11° Partie

J’aimerais vous parler à nouveau de l’école biblique. Pour beaucoup de raisons, je n’aime pas en parler mais c’est là où je vis, et c’est là où reposent beaucoup de mes expériences.

Un matin, un étudiant devait parler, et j’étais sur l’estrade à ses côtés. Nous avons 200 étudiants, et nous sommes obligés de respecter un certain ordre. Le règlement, c’est que, lorsque l’étudiant a fini de parler, tout le monde se met debout. La faculté du corps enseignant quitte la plateforme avec l’étudiant qui a parlé; elle descend l’allée entre les deux rangées d’étudiants, elle quitte la chapelle; alors les autres étudiants viennent derrière et suivent les professeurs. Tout le monde attend qu’ils soient sortis.

Ce matin-là; nous étions donc dans la chapelle. L’étudiant arrivait à la fin de son message, et juste avant qu’il termine, je savais, où- plutôt je devrais dire que je percevais dans mon esprit que le Seigneur se tenait, là, au milieu de l’allée. J’aurais pu aller jusque là et dire: "Jésus, tu es là!" tellement c’était vrai dans non esprit. Je savais qu’il était clair que le Seigneur n’avait pas terminé son œuvre au milieu de nous.

Pourquoi sa présence se manifestait-elle à la fin de la réunion? L’étudiant, en terminant, a dit: "Maintenant, nous allons prier". J’étais à ses côtés, et j’ai dit: "Seigneur, ce garçon va t’il vraiment terminer la réunion, alors que, toi, tu n’as pas terminé ton œuvre?" Au moment où je finissais cette prière, l’étudiant a dit "AMEN". Je devais descendre le premier, mais je n’ai pas bougé. Tous les étudiants se sont levés; ils attendaient que je m’en aille. J’avais les yeux fermés, ma main levée, et je restais là debout, tranquille. Rien ne s’est passé, je n’ai pas fait un pas, et voici ce que j’ai dit au Seigneur, dans mon cœur; "Seigneur, je sais que tu te trouves au milieu de nous, et je sais que ton œuvre n’est pas achevée".

Il était 8h.45, et j’étais toujours debout, personne ne s’en allait, puisque c’était à moi de partir le premier! Je pouvais me rendre compte qu’il y avait là tous ces yeux qui me regardaient, se demandant ce qui n’allait pas dans la tête du frère Beuttler. Cela n’avait aucune importance pour moi. J’ai dit: "Seigneur, si tout le monde sort de la chapelle et te laisse, là, tout seul, je veux que tu saches que je resterai avec toi; je ne sortirai pas". Deux ou trois minutes s’étaient déjà écoulées; je devais avoir l’air, sur l’estrade, d’un fou... mais lorsque j’ai eu terminé cette prière, la puissance de Dieu est tombée sur les étudiants, et ce jour-là, nous n’avons pas quitté la chapelle avant midi. Nous sommes restés trois heures, sous une puissante action du Saint-Esprit. Quelques étudiants furent guéris, certains ont reçu un appel pour le ministère; d’autres, pour les champs de missions; quelques-uns ont re-consacré leur vie, se sont mis en règle avec Dieu et les hommes. Dieu a fait un grand travail ce matin-là. Mais voici ce que cela demandait: une corporation avec Dieu. La réunion n’a pas été terminée avant que quelqu’un soit capable de travailler AVEC DIEU, de sorte qu’il puisse accomplir son plan.

Vous vous demandez ce que cet exemple a à faire avec le passage de l’EXODE. BEAUCOUP. Examinons le passage que nous venons de lire.

Dieu avait appelé Moïse à monter sur la montagne. Si vous regardez de près ce que nous avons lu, vous découvrirez qu’il a été 6 jours sur la montagne.

Nous voyons cela au verset 16, et c’est le 7ème jour que Dieu a parlé, autrement dit, Moïse a dû s’attendre à Dieu durant six jours avant d’entendre Sa première parole. Combien de personnes sont prêtes à attendre jusqu’à ce que Dieu leur parle? Je ne veux pas dire qu’il va vous faire attendre six jours, et vous n’allez pas dire: "Je rentre chez moi, maintenant, et je vais attendre six jours que Dieu me parle!" Si vous faisiez cela, vous commettriez une grande erreur; vous constaterez que Dieu ne parle pas le septième jour, et vous serez confus, et vous regretterez d’avoir agi ainsi.

Moïse n’agissait pas sur son initiative personnelle. C’est Dieu qui lui avait dit: "Va sur la montagne" C’est Lui qui a pris l’initiative. Il y a une leçon dans ce passage. Il y a des moments où Dieu nous ôte de notre activité parce qu’il veut faire quelque chose pour nous. Et c’est à ce moment-là que nous sommes toujours trop pressés.

J’aimerais ajouter ceci: lorsque nous apprenons à passer du temps avec Dieu, et tout spécialement lorsque nous attendons la réponse de la direction de l’Esprit, nous sommes tellement en harmonie avec Dieu que nous apprenons à connaître de quelle façon II œuvre, et le plan qu’il désire accomplir dans une situation précise. Nous serons alors devenus des ouvriers puissants dans l’œuvre divine.

Nous avons reçu une visitation dans notre École biblique. Les membres du corps enseignant m’avaient demandé de prendre la direction des réunions, et nous avons eu une intervention de Dieu remarquable. Au cours de l’une des réunions, j’ai senti dans non esprit que l’œuvre de Dieu était handicapée; quelque chose faisait obstacle à l’action de Dieu. Je restais là, tranquille, regardant au Seigneur, lorsque tout d’un coup, Il m’a averti puissamment qu’il y avait là, sur le coté droit de la chapelle, au milieu du groupe des jeunes filles quelqu’un qui était en train de retenir l’action du Saint-Esprit. Lorsque j’ai reçu cette pensée du Seigneur, j’ai pointé mon doigt dans la direction des jeunes filles et j’ai dit: "L’une de vous, la demoiselle là-bas, celle que je désigne avec mon doigt, est en train de retenir l’action de l’esprit". Et alors, l’une d’elles a fait un bond sur ses pieds, en criant très fort, et elle est venue en courant vers l’autel et elle a confessé son péché. Elle s’est mise à genoux, et elle a crié au Seigneur d’avoir pitié d’elle. Elle s’est repentie et elle a reçu son pardon. Elle est retournée à sa place, et l’œuvre de Dieu a pu se poursuivre.

Pour cela, il faut être en collaboration avec Dieu. Cela vous l’apprendrez, en passant du temps en Sa présence, en apprenant à vous attendre à Lui.

Saül ne pouvait pas attendre; il lui semblait que Dieu était trop long à se manifester. Il a agi sur sa propre initiative. Maintenant, écoutez attentivement mes paroles: en agissant indépendamment de Dieu, Saül a essayé de sauver son royaume, mais, en ne collaborant pas avec Dieu, en agissant sans Lui, il a perdu ce qu’il tentait de sauver. Vous souviendrez-vous de cela? C’est une chose qui a une grande portée.

Si vous essayez de sauver votre ministère en agissant indépendamment de Dieu, par ce même acte, vous allez perdre la chose que vous voulez sauver. Nous ne pouvons pas nous permettre d’agir sans Dieu.

 

Saül l’a fait, et il a perdu le royaume...

 

Walter H. Beuttler

Source

* Édition numérique Yves PETRAKIAN – France 2011

* Source: http://456-bible.123-bible.com

Walter H. Beuttler

WalterBeuttler 1972
 
 
Walter H. Beuttler est né en Allemagne en 1904. Il a immigré aux États-Unis en 1925. En 1931, il est diplômé de l'Institut central de la Bible. Il a servi à la faculté de l'Institut Biblique de l'Est de 1939 à 1972. Lors du Réveil du campus en 1951, Dieu a appelé Beuttler à « aller enseigner toutes les nations », et pendant 22 ans il a voyagé dans le monde entier en tant que ministère de la parole de Dieu. Il se retira en Shaverton, PA avec sa femme Elizabeth. Il y poursuivit son ministère jusqu'à ce qu'il aille rejoindre le Seigneur en 1974.

Livres

 a l ecole de dieu   dans l intimite de dieu   dieu ton guide   l appel de dieu   la connaissance de dieu   le coeur parfai

  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

Vous pouvez commenter cet article

0 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir plus de 25 caractères
conditions d'utilisation.