spurgeon4

 

 

Éditions Jeheber
Genève Paris

Onzième édition

Achevé d'imprimé sur les presses de l'imprimerie
S.C.I.P. 34, rue marc Séguin Paris 18ième, en mars 1953

 

Charles Spurgeon

tozer2Articles tirés du livre: "Le coût de la négligence" ? A propos de Frère Lawrence (chapitre 6), Notre bas niveau d'enthousiasme moral(partie I)(chapitre 7), Notre bas niveau d'enthousiasme moral(partie II)(chapitre 8), Dieu nous aime dans Son Fils (chapitre 9), La sainteté personnelle est prioritaire (chapitre 10). Une des âmes les plus pures qui aient jamais vécu dans ce monde pervers était Nicholas Herman. Homme d'une simplicité merveilleuse, il était connu à travers le monde sous le nom de Frère Lawrence. Il a écrit très peu mais ce qu'il nous a laissé semble, aux yeux de plusieurs générations de Chrétiens, d'une telle rareté et d'une telle beauté que son œuvre mérite une place supérieure dans les meilleurs livres de dévotion qui existent.

 

A propos de Frère Lawrence (chapitre 6)

Le Frère Lawrence est tellement reconnu par les grandes âmes spirituelles à travers l'éventail de toutes les dénominations et de toutes les pensées chrétiennes que ceux qui le critiquent tombent sous l'image d'homme peu éclairé ou bien trop mondain pour savoir discerner une personne aux qualités spirituelles profondes.

C'était dans sa jeunesse que le Frère Lawrence a trouvé Christ comme Sauveur et Seigneur personnel et qu'il a pu entrer dans ce qu'il a appelé « la richesse ineffable de Dieu et de Jésus Christ ». Il n'était qu'un simple cuisinier mais il arrivait à transformer le service insignifiant en une sorte d'acte de louange. « Nous pouvons faire des petites choses pour Dieu, » il disait. « Je retourne la crêpe dans la poêle pour l'amour de Dieu, et ceci fait, et s'il n'y a rien d'autre à faire, je me baisse devant Lui en rendant grâce à Lui pour la capacité de travailler. Quand je me lève je me sens heureux comme un roi. » Il a passé toutes les années de sa vie à marcher avec Jésus, si bien qu'au moment de sa mort il n'a pas dî se préparer par un changement particulier dans son occupation. A la fin quelqu'un lui a demandé de quoi il se préoccupait sachant que la mort approchait. Il a tout simplement dit, « Je fais ce que je ferai pendant toute l'éternité ; bénir Dieu, louer Dieu, adorer Dieu, Lui donner tout l'amour de mon cœur. C'est notre seule occupation, mes frères, de le louer et de l'adorer sans aucune pensée pour autre chose. »

Les écrits du Frère Lawrence sont d'une simplicité ultime. Il y avait très peu de variété dans ses enseignements, mais il s'agissait simplement de quelques grandes idées tissées ensemble comme des fils de soie précieuse afin de créer un motif de grande beauté. des âmes les plus pures qui aient jamais vécu dans ce monde pervers était Nicholas Herman. Homme d'une simplicité merveilleuse, il était connu à travers le monde sous le nom de Frère Lawrence.

Il a écrit très peu mais ce qu'il nous a laissé semble, aux yeux de plusieurs générations de Chrétiens, d'une telle rareté et d'une telle beauté que son œuvre mérite une place supérieure dans les meilleurs livres de dévotion qui existent.

Les écrits du Frère Lawrence sont d'une simplicité ultime. Il y avait très peu de variété dans ses enseignements, mais il s'agissait simplement de quelques grandes idées tissées ensemble comme des fils de soie précieuse afin de créer un motif de grande beauté.


La sainteté personnelle est prioritaire (chapitre 10)

Désirer un bonheur égoïste relève du même péché que tout autre désir dont les motifs sont égoïstes. Ce désir n'est point honorable à l'égard de Dieu car il a sa racine dans la chair. « Car l'affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu'elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu'elle ne le peut même pas. » ( Romains 8 : 7 ).

De plus en plus, les gens d'aujourd'hui justifient leurs mauvaises actions par le fait qu'ils ne cherchent qu'à être heureux. Avant de consentir au mariage, la jeune fille moderne ne se demande pas « Est-ce qu'il peut me rendre heureuse? » Les rubriques sentimentales des journaux sont trempées par les larmes des gens qui s'apitoient sur eux-même et se posent la question « Comment préserver mon bonheur? » Les psychiatres s'engraissent grâce au nombre croissant de personnes qui cherchent de l'aide auprès des professionnels pour avancer dans leur quête interminable du bonheur. Il est assez courant de voir une personne commettre un crime contre une autre personne pour la seule raison qu'elle ait empiété sur son bonheur.

C'est une philosophie hédoniste des anciens temps grecs, mal comprise et mal appliquée aujourd'hui. Bien qu'acceptée par les masses, cette philosophie mine tout ce qui est noble chez l'être humain et le transforme en pâte molle, qu'il en soit conscient ou pas. Que nous soyons nés pour être heureux est une idée que l'on ne remet même pas en question. On ne cherche même pas à prouver que l'homme, dans son état naturel, ait le moindre droit au bonheur, ni même que cela lui ferait du bien à long terme. La seule question qui se pose est: « Comment trouve-t-on le maximum de bonheur dans la vie? » La thèse courante des livres et pièces de théâtre repose sur la supposition que le bonheur personnel est le but incontestable de la lutte dramatique de l'humanité.

Je propose que cette recherche romantique après le bonheur est aussi mauvaise que la recherche frénétique après l'argent, le succès ou le prestige. Cela ressort d'un mal entendu immense de nous-même et de notre vraie condition morale. Aucune personne qui se connaît à fond ne peut vraiment croire qu'il ait le droit d'être heureux. Qu'une personne ait une petite révélation sur l'état de son propre cur suffit pour qu'il se tourne contre lui-même et avoue que Dieu a raison de le condamner. La doctrine du droit incontestable de l'homme à être heureux est anti-Dieu et anti-Christ et le fait qu'elle soit si largement acceptée révèle l'état moral de cette société qui y croit.

"On ressent aussi l'effet de cette hédonisme moderne même chez le peuple de Dieu. Trop souvent, on présente l'évangile comme un moyen de trouver le bonheur, la tranquillité d'esprit ou la sécurité. Il existe même des gens qui lisent la Bible comme un moyen de se détendre, comme si c'était un calmant."

Il suffit de lire le Nouveau Testament une fois avec méditation pour que l'erreur dans cette notion soit apparente à nos yeux. Là, l'emphase ne se place pas sur le bonheur mais sur la sainteté. Dieu se préoccupe plus de l'état des coeurs des gens que de celui de leurs émotions. Il est évident que le fait de se trouver dans la volonté de Dieu apporte à la longue beaucoup de bonheur pour ceux qui obéissent, mais le plus important n'est pas que l'on soit heureux, mais plutôt que l'on soit saint! Le soldat ne cherche pas à être heureux, mais à se retrouver sur le champs de bataille afin de gagner la guerre et de rentrer au sein de sa famille. Là, il peut profiter de tous les plaisirs. Mais tant que la guerre est en cours, son objectif le plus pressant est d'être un bon soldat et de se comporter comme un homme devrait quelque soit ses émotions.

La recherche enfantine du bonheur peut représenter un grand empêchement. On peut facilement se tromper en cultivant une joie religieuse sans la vie religieuse correspondante. Dans l'absence de la sainteté, aucun homme ne doit s'attendre à être heureux. Il doit passer son temps à chercher, savoir et faire la volonté de Dieu en laissant à Christ le soin de décider dans quelle mesure il sera heureux. J'ai une suggestion pour ceux qui prennent la chose au sérieux. Mets-toi d'accord avec Dieu. Dis-lui que tu veux la sainteté avant tout et que tu ne désireras jamais plus de bonheur que de sainteté. Que, quand ta sainteté se ternit, ta jopie s'estompe. Et demande-Lui de t'amener à la sainteté que cela te rende joyeux ou non. Aie confiance qu'à la fin, ton bonheur sera aussi grand que ta sainteté; mais, en attendant, que ta seule ambition soit de servir Dieu et de ressembler à Christ. Si nous décidons de nous engager sur ce chemin, nous connaîtrons un nouveau degrés de purification intérieure, et Dieu étant ce qu'il est, nous connaîtrons par la même occasion un bonheur plus profond, mais un bonheur provenant d'une plus grande intimité avec Dieu, un bonheur supérieur, un bonheur qui ne sera pas égoïste mais qui se vivra libre des attirances charnelles imposées par la chair.

Aiden Wilson Tozer

 

Source

livre05

 

 ***  "Le coût de la négligence"
Transcrit, traduit et mis en ligne par : http:www.eglisedemaison.com

 

 

 

Aiden Wilson Tozer

012Mais Aiden Wilson Tozer n'était pas un prophète de désespoir. Ses écrits sont des messages dignes011l d'intérêt. Ils exposent la faiblesse de l'Eglise et dénoncent les compromis. Ils avertissent et exhortent. Mais ce sont aussi des messages d'espérance, car Dieu est toujours présent, toujours fidèle pour restaurer et accomplir Sa Parole envers ceux qui entendent et obéissent. Tozer laissa un vaste trésor de richesses spirituelles à lire, digérer et mettre en pratique. "SES ECRITS SONT AUSSI FRAIS AUJOURD'HUI que lorsqu'il les rédigea la première fois. Dans ses écrits, il laissait aux autres le soin de discutailler des choses superficielles, évidentes et triviales, pour se consacrer à la discipline de l'étude et de la prière qui donna lieu à des articles et des livres qui atteignaient en profondeur les cœurs des hommes." (Dr. Nathan Bailey, Président de l'Alliance Chrétienne Missionnaire).

Photos

 chicago church old1 01a  013

  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

Vous pouvez commenter cet article

0 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir plus de 25 caractères
conditions d'utilisation.