spurgeon4

 

 

Éditions Jeheber
Genève Paris

Onzième édition

Achevé d'imprimé sur les presses de l'imprimerie
S.C.I.P. 34, rue marc Séguin Paris 18ième, en mars 1953

 

Charles Spurgeon

spurgeon

"Quand je marche au milieu de la détresse, tu me rends la vie ; tu étends ta main sur la colère de mes ennemis et ta droite me sauve. (Psaumes 138:7)"

S'il semble affreux de marcher dans la détresse, cette marche est bénie, car une promesse spéciale lui est attachée. Et si j'ai une promesse, que devient cette détresse ? Qu'est-ce que le Seigneur m'enseigne ici ? Ce « tu me rends la vie, » m'annonce que j'aurai alors plus de vie, plus d'énergie, plus de foi. N'est-il pas vrai souvent, que la difficulté nous ravive, comme le fait une bouffée d'air frais quand nous nous sentons défaillir ?

Devant la rage de mes ennemis et principalement du grand Ennemi, étendrai-je la main pour les frapper ? Non ; elle sera plus utile en travaillant pour le Seigneur. Du reste, à quoi bon, car mon Dieu déploiera son bras, plus puissant que le mien, et agira contre eux mieux que je ne le saurais faire. « La vengeance est à moi ; je la rendrai, » dit le Seigneur. Par la main droite de sa puissance et de sa sagesse il me sauvera. Que puis-je désirer de plus ?

Mon coeur, redis-toi souvent cette promesse et qu'elle te soit un sujet de confiance et de consolation dans tes tristesses ; prie pour qu'il te rende la vie, et laisse le reste entre les mains du Seigneur qui accomplira toutes les choses pour toi.

 

Charles Spurgeon

 

 

 

  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

Vous pouvez commenter cet article

0 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir plus de 25 caractères
conditions d'utilisation.